mardi 29 novembre 2016

prenssée O

Les tests médicaux effectués révèlent que je suis en vie. Un million de gens invisibles me méprisent. Je cherche le bouton rien. J'appuie sur rien. Je suis vie qui veut vivre au milieu d'autres vies qui veulent vivre. J'ai pas trouvé de chemin menant au monde. J'ai besoin de quelqu'un, de quelque chose. La mort n'existait pas avant que je naisse. Me suis réveillé sur un briquet "fuck". 
J'ai une question. Une question qu'on ne doit pas poser. J'ai une réponse. Qu'on ne doit pas connaître.

Êtes-vous inscrit à une session de formation ou suivez-vous une formation ? - Non.
Avez-vous travaillé ? - Non.
Avez-vous été en stage ? - Non.
Avez-vous été en arrêt maladie ? - Non.
Percevez-vous une nouvelle pension retraite ? - Non.
Percevez-vous une nouvelle pension d'invalidité de 2ème ou 3ème catégorie ? - Non.
Êtes-vous toujours à la recherche d'un emploi ? - Oui.

Y a pas de planète B. Tout ce que tu sais, c'est que tu n'étais pas faite pour être aussi seule que tu l'es. C'est comme si t'avais eu la vie d'une personne âgée dès l'âge de vingt ans. Tu n'es pas un robot : ils ont créé tes pensées. Tout ce qu'il y a dans ta tête, c'est eux qui l'ont mis. Des visages différents - mais les mots restent les mêmes. Tu te regardes dans le miroir comme si t'allais exploser. Tes pensées ne correspondent pas à la réalité. L'idée à laquelle tu essaies d'accéder a été déplacée ou effacée. Un jour quelque chose a existé ici - mais a été supprimé depuis.
Un danger qui te guette, est de t'enfermer, t'enfermer dans des soucis, dans des pensées, dans des systèmes, dans des mécanismes, dans des habitudes, dans des projets, dans des a priori, dans une personnalité, dans des angoisses, dans des ruminations, dans des certitudes, dans des réflexes. Si tu ne changes pas, tu meurs. Si tu veux rester toujours la même, tu dois rester changée. L'erreur est le seul outil. Nous résultons de milliards d'erreurs. Nous faisons des erreurs, nous sommes des erreurs errantes, à la recherche de nouvelles erreurs toutes neuves.

Les humains sont une espèce nuisible et mauvaise, que cela soit individuellement ou en groupe. Il y a bien quelques exceptions, mais elles sont condamnées à une vie de malheur, au sein d'une espèce cauchemardesque. 
Si par malheur t'étais heureuse ? Juste fais ce que tu peux. Avec la vie qu'on t'a donnée. Une vie c'est petit. On aime des gens. C'est tout. 
Un écran s'allume, un être s'éteint. Si tu n'es pas en train de faire du shopping, ou de t'empiffrer, tu es plantée devant un écran. À regarder de fausses personnes. Vivre de fausses vies. Pendant que le vrai monde s'embourbe. Qui apparaît sur l'écran est vu. Qui est vu vit. Qui est vu est en vue. Qui est en vue est en vie. Qui vit veut vivre et gagner. Qui gagne compte. Qui compte est aimé de l'amour de ceux qui calculent.

Nettoie
ta maison.

Mets
tes plus beaux vêtements.

Saute
du dernier étage. 

On peut toujours tomber plus bas. Ce qui est en bas ne peut pas tomber. 
On peut toujours tomber plus bas. Ce qui est en bas ne peut plus tomber. 
On peut toujours tomber plus bas. Ce qui est en bas ne peut plus tomber. 
Ces ciseaux sont schizos... Ils n'arrêtent pas de se séparer, et de se retrouver, et de se séparer et de se réunir, ces ciseaux sont schizos. Plus ils tentent de se séparer, plus ils se rejoignent. Ils coupent, ils tentent de se couper eux-mêmes, ils n'y arrivent pas. Ces ciseaux sont schizos. 

Plus de tabac. Tu ramasses des insectes. Les roules dans du papier. Tu fumes des insectes vivants. (ça grésille)


Aucun commentaire:

Publier un commentaire