samedi 29 novembre 2014

ULTRAVORTEX SAISON 1 Épisode 4 : Rencontre de n’importe quel type


ULTRAVORTEX SAISON 1 Épisode 4
Rencontre de n’importe quel type


« On n’arrête pas une centrale nucléaire avec un couteau suisse. »
Ricky Maniac
Soi-même,
dans un dédoublement,
face à face au miroir,
concentré sur toutes les connexions d’une vibration de chair,
nerfs, veines, boutons, poils,
excroissances de moindre importance… des détails... encore… toujours…
des détails.
Pousse la focale au fond de l’oeil,
glisse son être en ce lieu que l’on n’ose jamais regarder // se retrouve le regard braqué sur soi,
la partie infinie non propulsée dans le temps.
Il s’arrête.
De n’importe quand, « ils » se reverront.
Le jour de sa mort, ou, dans un rêve de fractales turgescentes, il reviendrait vers nous, dans le grand corps quantique déconnecté par l’illusion.
Second exercice de traduction :
La psychose hallucinatoire chronique débute chez l'homme entre 30 et 40 ans. Très exactement l'âge où le Professeur Jung situe l’apparition d’une crise d’individuation. Ricky Maniac attendait le métro de 17h59. Sur la rame, avec le masque de la mort entre les mains. Ce qui distingue le dément du visionnaire, c’est la manière dont la conscience répond aux sollicitations de leurs démons intérieurs. Ricky Maniac recherchait le titre le plus mélancolique pour chanter par dessus la voix d’Elliott Smith dans les écouteurs. Vivre dans le décor d’un film abandonné / Cités horizontales / Étendues ex-tendues / La lumière domine depuis le sol / L’autopsie d'un souvenir : Au cœur de l’été, une nostalgie d'automne, ses longues nuits à arpenter les plaines froides et l’affront des pluies cinglantes dans les yeux. Dépassé. À présent. Tous ses plans d'attaque visaient à tuer le temps.
Ses divinités personnelles étaient mortes, il pouvait donc s'attaquer aux divinités restantes. L’augure d'un véritable Destin.
Il existe des guides pour tous les aspects de la vie ; créer un radeau avec trois bouts de ficelle et du polystyrène ; choisir ses vacances d’hiver grâce une règle de calcul Microsoft Excel ; installer un mirador dans son salon pour traquer les voleurs ; devenir un leader dans son domaine en crucifiant ses concurrents ; transformer une machine à café en distributeur de prières ; planter des cordes dans son jardin en laissant la nature dénouer ses propres secrets ; trouver la paix intérieure en état de choc ; toutes les réponses et les procédures sont inscrites dans le guide adéquat. Il existe donc une notice pour chaque case de l’existence. Il suffit de réclamer la bonne notice à la bonne personne. Mais il vous faudrait encore être capable de la déchiffrer. C'est aussi écrit dans le Manuel*. Problème : les données d’un manuel peuvent être modifiées à tout moment (et sans préavi) par le Constructeur. Second inconvénient : si vous avez les réponses, vous n’avez pas forcément les questions. Vous avez sûrement déjà rencontré ce genre de personnes qui veulent tout vous expliquer sur la vie. Ces personnes ont réponses à tout. Quand vous leur demandez où est la notice du monde (le Manuel*), ils ont vite fait de sortir le premier livre venu et de vouloir vous le vendre. Les Éditions du Vortex possèdent la notice du monde (le Manuel*) ! et comble du bonheur, elles vous en font cadeaux. Pour recevoir cette notice (le Manuel*) gratuitement, c’est très simple, répondez simplement à cet email en écrivant :
« OUI JE VEUX RECEVOIR 
LA NOTICE EXPLICATIVE DU MONDE ! »
(Le Manuel* vous sera envoyé à l’adresse indiquée).
Ricky Maniac marche sur la bande d'arrêt d'urgence d’une autoroute déserte attaquée par les herbes folles et des colonnes de fourmis soldats en quête de corps fraîchement tombés au combat. Ricky Maniac est au bureau, nettoie consciencieusement mon écran d'ordinateur au moyen d’une lingette micro-fibre pour écran LCD. Ricky Maniac est également en train de fumer ce qui s'apparente de loin à une cigarette, sur le quai d'une gare. Ricky Maniac vient de passer la journée à écouter des violonistes asiatiques, il y en a vraiment de très belles, se dit-il. Ricky Maniac pourrait se situer en une multitude d'endroits à la fois. Comme derrière ce pupitre face aux lecteurs réunis dans une salle de conférence affublée d'une mise en scène que l'on pourrait qualifier de morbide, si nous n’étions pas enclins à penser que la mort est une délivrance. Ricky Maniac se lèverait et prendrait le micro. Ricky Maniac vous raconterait des choses insignifiantes sur votre passé ou votre futur. Des choses que vous connaissiez déjà, si vous y voyiez clair dans votre jeu. Mais sommes-nous prêts à nous mentir de la sorte ? Ricky Maniac doit prendre une décision. Choisir quelqu'un dans le public
Enchaîner les mauvais pas n’a jamais été un problème en soi. La difficulté reste de s’approcher au plus près du gouffre.
Enregistrement authentifié par le Labo :
a : 3h33 l'heure d'errer dans ma cuisine en quête de nourriture
b : une image peut-être
c : mon corps a envie de fringues en ce moment c'est encore plus intense que le désir sexuel
d : un autre symbole
e : deux flingues pointés en l’air vers le soleil
(...)
i : j’ai toujours rêvé d’être une femme pour m’enfoncer plein de trucs dans le corps
j : techniquement rien d’impossible
k : c’est pas pareil
(...)
n : qu’est-ce qui vous rend violent
o : a priori tout et n’importe quoi la violence est sous-jascente dans toutes les situations de la vie c’est la manifestation la plus radicale de notre énergie vitale le problème n’est pas la violence en soi mais de laisser exploser cette énergie en (auto)destructions physiques ou verbales c’est une perversion de cette énergie plutôt que de la canaliser la vectoriser la diriger la convertir en création c’est un équilibre dangereux avec lequel je joue être toujours sur la brèche pour rester en vie ne pas tuer cette violence ce qui tuerait toute créativité mais ne pas la laisser me mettre dans des situations qui me poseraient trop de problèmes
p : une référence aux évènements de juillet dernier
q : si c’est ce que vous voulez que je vous dise
r : expliquez-moi maintenant la froide mécanique que vous avez mise en œuvre pour terroriser et harceler Sylvie la secrétaire elle s'est pendue dans le hall d'entrée il y a presque un an c’était au début de votre thérapie mais désormais tout va mieux
(...)
v : c’est une descente aux enfers sans complaisance pour la proie comme pour l’enquêteur
w : la culpabilité c'est encore meilleur quand on prend aussi pour les autres ce qui explique pourquoi les martyrs de Jésus Christ à John Lennon sont des types respectés
x : il y aura toujours des menteurs pour nous faire croire que dieu nous veut inoffensif et bien appliqué à la tache le truc c’est que personne n’empêchera l’homme de chercher la connaissance tu peux tuer dieu tu peux abattre le père noël tu peux même découper tes parents en morceaux si tu gardes le fétichisme de la marchandise et écoutes les mensonges des sociologues tu ne changeras rien au monde car tu ne changeras rien en toi
(...)
z : elle aurait pu devenir ma muse mon amante ma femme la mère de mes enfants mais j’aspirais à un détachement complet une forme totale d’ascèse et de continence tout me survolait l’amour la haine la déréliction faillit avoir raison de mon futur je l'écoutais absorbé dans l'ondulation de ses lèvres se mouvant comme des dépressions atmosphériques je n'avais rien à lui répondre je tourbillonne dans le cyclone de sa bouche d'où je suis je lui réponds mais elle ne m’entend pas mes lèvres pourraient bouger il n’en sortirait aucun son ni même un souffle en face d'elle je pense à autre choses à d’autres lieux d’autres moments je suis absorbé dans un vortex d'où je suis je parle du futur au passé c'est ce que l'on appelle le temps d’où je vous parle je découpe le temps en tranches comme un scanner IRM scrute les moindres recoins de votre corps autant de fines lamelles mélangées dans mon jeu de cartes je joue avec la mémoire je joue avec le temps je joue avec l’espace vous pouvez toujours me rétorquer que les cartes sont mélangées par hasard que je bluffe ou que je fabule mais le hasard n'existe pas il n'y a que des règles du jeu que vous ne saisissez pas

Aucun commentaire:

Publier un commentaire