jeudi 17 janvier 2013

Obsküre sur Sonopsies, II (le retour)

suite de discussion, avis complémentaire de Sylvaïn Nicolino / Obsküre Magazine

"Ce que j'aime dans cette première sortie audio de Caméras Animales, c'est son écart avec ce qui se fait en termes de musiques alternatives ou de poésie sonore. Les morceaux trop longs ou trop courts qui me laissent sur ma faim, c'est une réponse à la norme attendue, y compris chez les tenants des musiques dures. 
La façon dont le morceau de R3PLYC4N est scindé entre une première partie légère, poétique, absorbante et une deuxième partie avec des vocaux au chant atonal qui repousse l'auditeur dans ses limites (l'aspect robotique) est un des éléments clefs pour comprendre ce que joue et jouera Caméras Animales dans son pendant sonore. Il ne s'agit pas pour l'équipe et ses météores de créer un label supplémentaire de poésie sonore ou de musiques bruitistes, mais bien de fédérer des recherches, de l'instabilité, du questionnement et des limites. 
Le jour où l'un de vos disques aura un assentiment massif, c'est que vous vous serez fourvoyé. Conquérir le monde : non. Lui prendre la tête, oui."

Aucun commentaire:

Publier un commentaire