samedi 5 septembre 2015

Une nouvelle histoire anéantie : la terre des oiseaux

image-la-terre-des-oiseaux

Aucun nuage ne peuplait le ciel cette nuit-là. Mais les étoiles ne les remplaçaient pas pour autant. Tout juste pouvait-on voir s’étendre au-dessus des étendues glacées, la mince traînée blanche de la Voie lactée. Venue du haut du ciel, une bourrasque descendit en tourbillonnant sur un lac jusqu’alors endormi. Aussitôt, l’épaisse couche de glace qui protégeait la fragile étendue d’eau se brisa nette. Un par un, les morceaux de neige gelés qui constituaient sa carapace se firent submerger par le liquide récemment libéré, jusqu’à ce que plus rien ne subsiste de la croûte qui l’avait tenu emprisonné. Alors, pour la première fois depuis mille ans, le lac fit gonfler ses flots bruns et aspira goulûment tout l’air qui se trouvait à sa portée.

Dans la forêt en contrebas, un cri se fit entendre. Mille ans durant, les arbres avaient fait consciencieusement disparaître tout ce qui se trouvait en dessous de leurs branches. Si bien que même les rapaces, qui allaient et venaient au-dessus du paysage, furent surpris de ce signe manifeste qu’une existence se tenait là, en bas. L’étonnement passé, les oiseaux du haut du ciel se regroupèrent pour discuter de l’origine de ce bruit, et décider s’il était opportun de pousser l’investigation plus loin. De mémoire de volatiles, aucune assemblée comme celle-ci n’avait été organisée depuis mille ans au moins. Cela expliquait l’ambiance survoltée qui régnait dans le haut du ciel. Chacun y allait de ses arguments : les uns voulaient continuer à voler sur le paysage sans que personne ne vînt les déranger, si ce n’est la mort elle-même ; les autres se proposaient pour partir en éclaireur afin de déterminer l’existence à l’origine de ce cri. Personne n’arrivait à se mettre d’accord. Et, au-dessus de la forêt, l’on n’entendit que piaillements, et l’on ne vit que plumes.

Soudain, les arbres à l’orée de la forêt bruissèrent. Une silhouette en sortit et commença à marcher en direction du lac. En voyant cela, la moitié des oiseaux présents dans le haut du ciel descendirent en piqué vers la tache noire qui avançait dans les étendues glacées. Quelques secondes après, ils cernaient la personne qui – ils pouvaient le distinguer maintenant – était emmitouflée dans d’épaisses fourrures, de la tête aux pieds.

- Que fais-tu ?

- Où vas-tu ?

- Pourquoi n’avons-nous pas été au courant de ton existence ?

- Qui es-tu ? Qui es-tu ?

La nuée assaillait de questions le marcheur. Mais celui-ci, imperturbable, continuait son périple vers le lac, sans prendre le temps de leur répondre. Au fur et à mesure qu’il progressait, les oiseaux se sentirent de plus en plus ignorés. Depuis mille ans, ils étaient les maîtres du haut ciel et de la terre. Ce faisant, ils se sentaient outragés qu’un humain tout juste sorti des entrailles de la forêt put leur manquer de respect à ce point. Et cela les mit dans une colère furieuse.

Alors qu’il arrivait tout juste sur les contreforts du lac, les oiseaux se précipitèrent sur l’humain pour le percer de toutes parts avec leurs becs, et lui labourer les entrailles avec leurs griffes. L’attaque fut si puissante et si rapide que la personne s’effondra en un instant. Puis son corps inanimé roula jusqu’aux berges du lac qui avait récemment repris vie.

Des flots de sang s’échappèrent de son flanc, et coulèrent vers les eaux brunes pour s'y mêler. Alors l’épaisse couche de glace qui avait emprisonné le plan d’eau pendant mille ans se reforma. Et les oiseaux, satisfaits, repartirent vers le ciel.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire