samedi 6 décembre 2014

ULTRAVORTEX SAISON 1 Épisode 5 (FINAL) : Voir Bucarest, sa piscine, son camping et mourir d’un vidéo gag dans une adaptation 3D d'Hélène et les garçons bouchers de Cracovie


ULTRAVORTEX SAISON 1 Épisode 5 (FINAL)
Voir Bucarest, sa piscine, son camping et mourir d’un vidéo gag dans une adaptation 3D d'Hélène et les garçons bouchers de Cracovie


« Dieu est mort, enfin je crois bien, j’ai lu ça dans le programme télé. »
Jason Poison

Jason Poison : l’acteur porno triple sensation. L’arrogance du Tigre, l’élégance du chibre, porte les marques de son passé de dresseur d’ours brun comme un blason. Une branche souterraine de l’Organisation spécialisée dans la Nostalgie et les CAR (comportements à risques) l’avait chargé de retrouver les acteurs d’une sitcom du vingtième siècle pour les faire tourner dans une production triple X. Pour cette mission, il fallait quelqu’un de fiable, quelqu’un de dur, de bien dur, vraiment bien dur, il fallait un mec qui vienne du plus profond des montagnes eurasiennes. Un véritable fauve camouflé sous la peau d’un homme.

Deux heures de route qui passent à vitesse grand V comme vodka, à toutes les sauces - tomate - orange - fraise - coca - frappée - double - triple, puis whisky, aussi, tequila, pourquoi pas, jusqu'à ce que le groupe décolle pour la Méga Boîte De Nuit De La Mort. Aucune chance d’apercevoir les paysages déprimants d’usines en friches et de zones commerciales entamant leur phase de décrépitude.
Le voile tordu des caprices de la Singularité Technologique.
La zone grise par dessus la Zone Grise.
Les infinitives électriques.
Le thème de la soirée : KILL ME I’M FAMOUS. Ouais ouais, il était grand temps de remplir à nouveau le réservoir. Un verre, deux verres, trois verres, la machine infernale des addictions remise sur ses rails : ZOMBIE, I’M A FUCKIN’ ZOMBIE. Rencontre une déesse au coin de la piste de danse. Ses mouvements aériens. Une chorégraphie panthéiste. Ses lèvres bougent toutes seules. Récitent une prière. KILL ME I’M FAMOUS / NAMASTE MOTHEFUCK€R$ / KILL ME I’M FAMOUS / Sa petite sœur distribue des sucettes. Un show sexy avec des arlequins taillés au couteau. Portent des masques de tueurs en série façon Zombie. L’alcool et les drogues multipliant les opportunités de turbulences, sur la route du cimetière, les langues se délièrent. L’agent infiltré Jason Poison finit par obtenir un peu plus d’informations sur la légende de la part d’Hélène, la petite Princesse de la bande : « Avant, j'habitais dans cette maison à la sortie de la ville et puis j'ai déménagé il y a trois ans parce que le problème de mon ancienne maison c'est qu'elle est hantée. »
Poursuivez c’est vital.
« Avant que mes parents l'achètent il y avait une vieille femme morte de vieillesse mais cette femme était aussi triste parce que ses deux enfants étaient morts dans le même accident de voiture et son mari s’est barré avec une autre femme et il est décédé tôt vers l'âge de cinquante ans d’un cancer des poumons. »
Ça fait cher le paquet de clopes.
« Mes parents au début ils dormaient dans le garage qui était aménagé et mon père un matin s'est retrouvé enfermé alors qu'il ne touchait jamais à la clé. »
Cas typique de synchronicité abusive.
« Le truc le plus bizarre c’est que la télé elle s'allumait toute seule dans la nuit et même une fois pendant un repas. »
Un point pour l’au-delà.
« Après les travaux mes parents ils dormaient sous le grenier et ils entendaient des craquements de parquet. »
Se décrire une pièce noire les yeux fermés pour mieux la connaître de l’intérieur.
« Dans ma chambre y’avait des jouets de déplacés et la nuit les portes se fermaient toutes seules comme les robinets aussi sans personne en bas mais le pire c’est les hurlements dans le salon ça fait comme un cri de peur que l’on a tous entendu et il n'y avait personne dans la maison à part nous mais on sentait qu’il y avait quelqu’un. »
Comme ce voisin qui vous évite tous les matins.
« Après ça mes parents ont revendu la maison et depuis il m’est plus rien arrivé de paranormal dans ma vie. »
La procession nocturne tenait toutes ses promesses, à l’approche de la maison, Alphonse l'Haïtien vendait des pilules chelous dans les chiottes du dancing. Un rail un mot un front-kick une marre de sang aux pieds du DJ. Fabriquer une bombe artisanale dans une maison hantée et se faire surprendre par un noctambule du quartier. L'homme au plafond, imprenable, Calvin Dark (bras droit de Steven Stevenson - une tête d’acteur connu - costume sombre - sourire factice - un habitué de la série) aperçut de la lumière au travers d’une fenêtre. Le scepticisme n’eut aucun effet sur l’organisme de Jason, qui s’empressa de diffuser de l’adrénaline en quantité dans son système circulatoire.
Jason attendit le générique de fin.

Programme suivant : Space Crash Opera sans lendemain ni sursis. Levé de rideau sur une Lady Di Impériale qui ouvre les yeux une dernière fois avant de rejoindre la morgue. Un flash de furie embrase l’Europe de Paris à Cracovie. Un mur qui fonce dans le mur dans une sale guerre de toutes les sales manies contre les faces salies. Et l'interminable attente de la grâce.

Selon Wikipedia, une sitcom ou comédie de situation est une série télévisée à dominante humoristique, caractérisée au départ par une unité de lieu (décor récurrent) permettant des moyens de tournage limités et des coûts de production réduits (nombre très restreint de décors, peu ou pas d'extérieurs), avec des épisodes durant généralement moins d'une demi-heure. Le numéro de cirque finirait par lasser le Tigre. La production reprit le contrôle de la réalité et ouvrit une porte : « Bonjour, je suis Xxxx, restez en contact, nous avons un message pour vous, un message important, restez en contact, une ligne va se libérer d’un instant à l’autre ».
Et BOOM ! Un vigile de trois mètres de haut traversa le mur en carton et embarqua Jason sur le parking pour le déposer sur le bord d'une route de campagne dans un brouillard à couper au sabre japonais. Seul souvenir de ce voyage : le vigile (revenu à une taille plus élégante, quelque chose comme autour du mètre quatre-vingt dix) s'excusait de ne pas pouvoir l’emmener plus loin. Et l’homme portait un chapeau (un détail important - un signe détonateur, en langage éclair). Un habitant du village voisin. Sûrement un chic type, un peu paumé, dépassé par les évènements, lui aussi, comme tous ceux qui gisent dans le fossé. Jason posa son cul sur une borne kilométrique n°111, sortit une clope de son étui d’une main tremblante, repensa à toute cette histoire.
Les brumes émanant du bocage métaphorisaient parfaitement son état mental.
— Tout ceci est-il réel ?
Depuis des kilomètres, il entendait un claquement, et les paroles d'une chanson tournant en boucle dans son crâne.
Yeah, we pay our debt sometime
- Guess it's over now,  
(en boucle mantra refrain rock)
- just wait and do your time mmm mmmmmm mmm
Un vieux truc dont il ne saurait se rappeler ni le titre, ni l'interprète. Les claquements se firent de plus en plus présent. La tête en l’air. Soleil invisible. Un vieil homme coiffé d’un chapeau le toisait du haut de son cheval.
— Vous voilà bien mal embarqué ?
— Être embarqué (pause) c'est au moins être sur une voie.

Building caméra vue panoramique sur le monde entier. Steven Stevenson se demandait ce qu'il pourrait faire pour orienter le futur de son Agent Spécial. Au bord de la piscine, à poil, le Frankenstein de la Finance (comme la presse aime à le surnommer, suite à la constitution de son Empire, basé sur la résurrection d’entreprises à l’article de la mort) se jeta à l'eau. En glissant, il oublia tout. En remontant, si le monde n'existait plus, ou s’il en avait oublié toute la signification, il hurlerait, comme au premier jour.

L’attaque du pompier roumain dans une pompe funèbre non stop se termina par un gang bang à la vie à la mort à la sauce chef samouraï. Sextoy à chaque bras. Fix dans chaque membre. Café coupé MDMA en intraveineuse. Vivre sur le grill d’un restoroute à l’abandon (rires d’approbation dans le public !). Un scénario improvisé par Jason Poison, déguisé en adolescent obèse de douze ou treize ans, qui, comme de bien entendu, par un jeu de miroir toxique, s’était mis en tête de tomber amoureux d’une fille qui sortait avec un autre garçon (un joueur de poker à lunettes, ou un guitariste à bouclettes, paraît-il). Enragé par la folie, Jason/Robi plongea dans une piscine gonflable. Effet immédiat : il tua son personnage sur le coup. Pour s’assurer de l’impact, le saut de l’ange était retransmis en direct sur écran géant. La voix-off d’un présentateur célèbre (le Jean-Pierre Foucault Roumain) commentait la mort du garçon. D’un point de vue scientifique, le garçon obèse avait été emporté par le vortex qu'il avait lui-même provoqué en traversant la surface de l’eau à la vitesse de la lumière. La suite du spectacle montrait l’homme qu’il serait devenu dans d’autres circonstances, sa courte idylle dans les bras d’Hélène en 3D et ses garçons papiers peints de moindre résolutions, s’il ne nous avait pas quitté dans un sacrifice déguisé en gag mortel, s’il n’avait pas servi de médiateur à Jason Poison, désormais libéré de l’étreinte de la chair, aux avant-postes de la contre-réforme des anges déchus.

Ricky Maniac, profitant de sa qualité d’observateur extérieur, déclara être né sans crier, sans pleurer, sans un mot ; des complications, oui, inconnues, aussi, toutes inscrites dans son carnet de santé, sa notice d'utilisation personnelle.

Le silence de la scène fit place aux chants des oiseaux. Une clairière. Lumineuse. Protégée par la cime des grands arbres. C’est une forêt. Une de ces forêts sauvages de la fin du printemps. Elle respirait.
Une table. Jason se souvint des directives. Il grava au couteau : . DÉPART
Une biche. Se montra. Se cacha. Elle annonçait la venue du cerf. Ils voyageront ensemble. Derrière lui. Il se cambra, souffla et frotta ses longs bois poisseux contre l’épaule de l’humain. Il le caressa en retour. Ils s’adressèrent mutuellement sympathie et confiance. Au sommet des collines, se trouve l’une des portes. Il grimpa sur son dos. Ils dévalèrent la forêt en direction d’un cours d’eau avant de rejoindre les cimes. Hors sentier. Sur la ligne de crête. Le bunker dominait la vallée. Pas de porte visible, une ouverture sombre lorsqu’il s’avança. Il en salua le gardien. En vol stationnaire. Il répondit par quelques battements d’ailes. Le cerf, déjà, reprit sa course folle vers le coeur de la forêt. Laissant l’homme seul face à son esprit, entra dans d’autres profondeurs.

La gare. Le kiosque à journaux. Un message crypté. Ouverture du SAS : un oiseau sortit de l’ascenseur. « il ne faut pas utiliser cette voie, nous n’en revenons jamais vivants, je peux te l’assurer, j’ai déjà testé ».
Regards croisés. Regard sur le chemin, les arbres, gris, crochus, la falaise, juste derrière la Maison de la Terreur et de l’Abandon, quand soudain, sa jeune amie sauta de la falaise, et les autres aussi. Il ne restait plus qu’une issue tout indiquée, avant que son ventre ne commence à gonfler, qu’il ne pose un genou à terre, et se mette à saigner d’en bas.
Déjà des larmes de sang coulaient de ses yeux.
Rien de tel pour attirer un boucher en manque d’histoire d’amour avec sa fille.
Ils étaient une bonne dizaine. En contrebas. Jason attendra. Jusqu’au lever du jour. Rester invisible. Surtout la nuit. S’il le repèrent. Ils s’enfuiront. Ils se retrancheront dans les sous-sols ou dans les débris d’un immeuble dès les premiers rayons du soleil.
Classique, ils ne se supportent plus.
Nous ne nous supportons plus.

Le rituel du Corbeau,
par Jason Poison

Improviser une ballade en forêt avec un groupe de personnes faciles à convaincre qu’ils étaient des amis d’enfance par un tour de passe-passe hypnotique. Lancer un ballon d’or vers le bord du chemin, où se trouve la falaise. Descendre le premier et renvoyer la balle sans jamais la lancer assez fort. A.chaque essai, la balle retombe sur les rochers. Quand tout le monde est bien avancé au bord de la falaise, lancer un doigt vers un grand corbeau noir au bec blanc coincé dans la rocaille. Tirer sur cette corde accrochée à son cou, jusqu’à ce qu’il meurt, pour faire croire à un accident.
Tombées à vos pieds, les deux ailes ouvertes révèlent le signe.
Hélène, débarquée en Sainte Vierge mexicaine, ses yeux pleurent des larmes de sang en regardant vers l'éclipse de Soleil, lance ses questions sans attendre vos réponses.
Dernière sortie avant les ténèbres : Dites OUI à l'apocalypse !
Tout ceci va s'arranger en désastre : En attendant la catastrophe !
Détruisons nos intérieurs bourgeois : Avant que d'autres s'en chargent !
Puisque coudre les lèvres ne suffira pas : Prendre l’ascenseur pour les profondeurs !
Pour faire disparaître cet homme : Tapez sur la touche entrée !
Pour faire disparaître ce monde : Tapez !
L’enfer dure une éternité : Jusqu’au moment où l’on accepte d’en sortir !
Se détruire : pour survivre !
J'étais né pour : (au choix) - Détruire ! - Me détruire ! - Me sauver !
Le ground zero, c'est moi, c’est vous. Brûlez vos icônes, détruisez vos idoles, chargez vos bagnoles.
J'ai besoin d'un accident.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire