jeudi 24 novembre 2011

PEINE A VIVRE


GUERRE A LA DROGUE PEUR DE L IMMIGRATION RETOUR DE L INSÉCURITÉ 
DÉBRANCHE TON CERVEAU PAS BESOIN DE PENSER PAR SOI MÊME 
LAISSE FAIRE LE SYSTAIME

PRÊT A PORTER 
PRÊT A MANGER 
PRÊT A PENSER 
PRÊT A ETC
...
TOUT EST FAIT POUR TE LAISSER LE TEMPS D'ALLER TRAVAILLER 
DE TE DIVERTIR ET CONSOMMER 
SANS TE SOUCIER DE DONNER DU SENS A TA VIE 

TU N'EST RIEN 
TU N'EST PERSONNE 

ALORS TAIS TOI ET FAIS CE QU ON TE DIT 

C'EST PARTOUT PAREIL ET CE N'EST PAS UN HASARD 
COMME LA DROGUE SI C'EST ILLÉGAL 
CE N'EST PAS UNE COÏNCIDENCE 
AUTANT QUE L'ALCOOL LUI L'EST 
POUR DES RAISON NON LAÏQUE ET JUDEO CRÉTINE

CERTAIN SE VOILE LA FACE MEME DANS LES LIVRES 
MAIS CE SONT LA ENCORE LES DOGMES QUI S AFFRONTENT 

TU N EST QU'UN SOLDAT 
POUR QUI MENE TU TON COMBAT FILS
POUR QUEL DRAPEAU POUR QUELLE EGLISE POUR QUELLE FOIE
CELLE QUI TE SOUMET OU CELLE QUI FAIT LOI 

QUI TE PROTÈGE DE TOI-MÊME 

TU PEU TOUJOURS TE BOUCHER LE NEZ 
ÇA PUE QUAND MÊME
LES IDEES NAUSEABONDES ABONDE 
CAR C'EST L HUMANITEE QUI ES DANS LA MERDE
TOUS INFANTILISER PAR NOS MÈRES PATRIE 
ET NOS IDENTITEES NON CHOISIES 
TU NE SAIS PAS CE QUI EST BON POUR TOI 

JE SUIS TON PÈRE

QUE TU TE LE TIENNE POUR DIT 
SINON ON T'ENVERRA DANS TA CHAMBRE 
COMME CES GAMINS QU'ON ENFERME DANS DES CAGIBI 
COMME PUNITION POUR LEUR EDUCATION
LA CAROTTE ET LE BÂTON 

SOIS SOUMIS OU VAS MOURIR

TU RICANE 
ON PEUT TOUJOURS FAIRE PIRE 
MET TOI LE DANS LE CRANE
COMME QUAND VIVRE DEVIENT PEINE 
LA MORT DANS L’ÂME
UNE HAINE DE VIVRE 
QUI NOUS REND TOUS IVRE DE HAINE 
 C'EST PEU DIRE A SUIVRE 
PEINE A JOUIR ET PEINE SUR PEINE
DOUBLE TRIPLE EN BOUCLE INFINI

DANS L'ENFANCE DE L'ART
CELUI DE SOUFFRIR EN SILENCE
LE SOUVENIR CET ÉCRASANT FARDEAU
D'UNE MÉMOIRE RETROACTIVE
QUI POURRAS SURVIVRE ?

QU'UN SEUL TIENNE ET LES AUTRES SUIVRONT 
MAIS PERSONNE NE GUÉRIT DE SON ENFANCE 
ET DANS LE FOND C'EST DE CELA 
DONT ON MEURS TOUS QUAND ON Y PENSE 

COMME QUAND VIVRE DEVIENT PEINE 
C'EST PEU DIRE ET A SUIVRE 
OUI EN SOMMES C'EST LA SEULE CHOSE ICI BAS 
DONT LA FIN NOUS DÉLIVRE, 
 NOS PEINE A VIVRE ...


Selyan




Aucun commentaire:

Publier un commentaire