mardi 26 juillet 2016

"mutantisme : PATCH 1.2" et " s y n - t . e x t " évoqués sur Libr-critique

"Le postulat fondamental du mouvement : à la mutation anthropologique que nous sommes en train de vivre doit correspondre une révolution artistique à même de la comprendre et de l'accompagner."
Article de Fabrice Thumerel (Libr-critique) sur les livres mutantisme : PATCH 1.2 et  s y n - t . e x t 

Lien :

mercredi 13 juillet 2016

mardi 12 juillet 2016

prenssée k [Ici c'est loin]

Aujourd'hui, tout le monde m'a quitté. Je slalome entre les merdes de la Rue de la Merde. Tout est. Une succession. D'absences. La chose la plus belle dans cette ville. C'est le ciel. J'avance. D'un silence. A un silence. Je ne peux pas me demander si je vais bien. Il ne faut pas. Voudrais restaurer. Ma vie. Depuis. La dernière version stable. Mais ces escaliers. Sont faits. Pour être montés. Pas descendus. Vie. Fleur. Animal. Monde. Infinité de mondes. Je ne me souviens plus du goût de ton sperme. C'est la seule fois où je me réveille c'est quand je te vois. J'ai besoin de quelqu'un. Qui ait besoin de moi. Trouver un chemin hors de soi. Chercher un chemin hors de soi. J'habite dans une ville elle s'appelle Toutes Directions. On ne vit que dans et par la joie. Ce qui vit hors de la joie n'est pas la vie. Ce n'est pas que je veux mourir. C'est que je voudrais. N'être jamais né. Mon arbre généalogique est un trou. Depuis que je fais l'amour avec toi, je suis vierge. Je descends d'une longue lignée de parias. On ne devient pas franc-tireur par volonté d'être franc-tireur. Mais du fait de la démission de l'ensemble du corps social. Dans la pression du sexe j'ai des visions roses qui crient. T'es un essayiste, alors t'essaies des trucs, sans jamais y arriver mais t'essaies. 
- Vous avez dit fraise, ou vanille ? - Franille. 
- Savez-vous dire non ? - Oui. 
Fuck nos vraies personnalités. Nos fausses sont mieux. Méduses + rats-taupes nus + nanorobots = membres-pensées-tentacules. Ne respirez pas. Respirez. Ne respirez pas. Respirez. Œil-sein-pénis-chatte. Ne respirez pas. Respirez. Se suicider, c'est un bon truc pour arrêter de fumer. - Utopie ? Mais j'ai jamais entendu ce mot. Nous ne voulons plus être libérés. D'autres mondes sont possibles ; celui-ci est impossible. Tout est vaincu, tout est utile, tout est en retard. Si tu lis ceci, tu es seul(e). Nous sommes la génération la plus seule que ce monde ait jamais vu. Autant une vie est devenue emmerdante et pénible à vivre, autant elle peut apparaître amusante et distrayante sur un écran. Y a un bouton pour dire merci, y a un bouton pour dire non, y a bouton pour dire j'ai faim. Monter vite, écrire vite, manger vite, boire vite, partir en vacances vite, parler vite, dormir vite, revenir vite, être heureux vite, mourir vite. Va falloir qu'on fasse quelque chose avant de mourir. Quelque chose de fort. Ça serait bien qu'on fasse quelque chose avant mourir. Quelque chose de fort. Il faut qu'on sacrifie nos vies. Nos vies ne sont pas grand chose. Il faut qu'on fasse quelque chose avant de mourir. Quelque chose de fort. Ici c'est loin.



lundi 11 juillet 2016

Sortie du livre " s y n - t . e x t " de Mathias Richard (éditions Tituli)

s y n - t . e x t
de Mathias Richard


Lecture immédiate. 100% Légal. Sans coupure, Ni engagement.

Je sais des choses qui vous concernent. (© Internet)
Suis une fenêtre, une caméra autonome. Je vois des systèmes, des constructions. Tout est démontable et remontable d'une autre manière.

Recevoir : - toutes les influences :: - toutes les pensées :: - toutes les idées :: - tous les sentiments.

Sous l'influence de tout - forcés de naître de tout.

En réponse à l'augmentation incessante des œuvres sur terre, Mathias Richard propose une nouvelle forme littéraire : le syntexte, texte synthétique condensant en textes très courts de très grandes quantités de langage issues de sources multiples. De ces textes courts, télescopant les sens, les tonalités, les esthétiques, émerge une voix, un discours, fait de tous les mots du monde.

---------------

"bombardements de mots particules atomiques d’une pensée musicale, un dire en équilibre précaire mais qui sans cesse déséquilibre ses propres hypothèses"
(Gilles Vénier, Lithoral.fr)

"L'ensemble est jouissif (je ne cesse d'en lire des extraits aux autres), rêveur, instructif, beau, audacieux."
(Sylvain Nicolino, Obsküre Magazine)

 "Mathias Richard n'a jamais atteint ce degré d'expression... c'est nouveau, entier..."
(Patrick Cintas, RAL,M)

---------------

Ecouter 1h de lecture de Mathias Richard sur France Culture (Création on air, 16 juin 2016) :

Ecouter un bref entretien de Mathias Richard à propos de  s y n - t . e x t  (Les Carnets de la création, 20 juin 2016) :

---------------

Blog autour du livre : http://syn-text.blogspot.fr/

---------------

Se procurer le livre
s y n - t . e x t  est commandable dans toute librairie,
et directement sur le site des éditions Tituli : 

ainsi que sur :

CHANT DE BATAILLE PREMIER



Les Dudes D.I.Y figurent parmi les individus - légèrement intelligents donc entièrement fainéants et ce rapport est vérifié par ces cons2matérialistes2scientifiques - les plus persévérants et courageux que l'on puisse trouver dans cette vie2merde. En une semaine, ils vivent plus de situations2daube et de Loose que la plupart des nartistes subvenfionnés ou signés par des galeries d'über-bobos sans citer les esclaves des multinafionales hyperculturelles, dans toute une année. Chaque jour, les Dudes D.I.Y vivent le défi éthique d'être des artistes autonomes et doivent se fadder le manque de respect des bobos - ces suckers2hype culturelle vintage comme La Bite Générafion à Bobobourg ou l'expo marketing de Michou Wellbook au Palais de Tok - car les Dudes D.I.Y ne sont pas bankable dans le consensus artistique formaté - et cela, leur vaut déjà le mépris des suckers qui pensent que les artistes devraient surfer sur la hype pour accéder au mainstream - comme chanter en anglais, vendre un tube nihiliste à Vivendi © - sans paroles - ou bien alors chier un commentaire imbitable de trois cents pages sur une valeur de la pop culture, comme par exemple, la dernière série américaine qui sera toujours moins cool qu'un instant de vie incarnée (Ouais! Rien qu'une seule partie de jokari vaut toutes ces foutues saisons de G.O.T ©). Les Dudes D.I.Y doivent affronter l'angoisse de ne jamais plus duder à nouveau entre deux séances poétiques-productives artisanales et leur déclaration de ressources à la CAF. Chaque jour, ils doivent ignorer et dépasser l'angoisse que ce à quoi, ils consacrent leur vie est peut-être juste avoir comme luxe, une console next-gen d'occase (jouez à THE EVIL WITIN ©, c'est une tuerie esthétique ! A côté Bacon ©, c'est du lard). Chaque mois qui passe, nombre d'entre eux regardent les suckers de leur âge - 47 ans - franchir les étapes d'une vie2sucker : loft, grosse tune, bookage dans des festi-veaux pop-techno ARfNAC, passages promo sur Anal + ou fRance 2. Mais les Dudes D.I.Y restent fidèles à leur éthique dudesque en dépit des sacrifices consentis. WHY ? Parce que les Dudes sont prêts à dédier leur art D.I.Y pour faire renaître cet instant de grâce - cette punchline sur Facebook ©, ce track sur Bancamp ©, cette tof sur Instagram © ou cette vanne lors du couscous vendredimadaire qui touchera l'Esprit d'un autre dude, d'une autre dudesse. Les dudes et les dudesses sont des individus qui ont goûté la semoule sacrée, dans ce moment unique où leurs créations 100 % D.I.Y ont touché le cœur de l'autre dude ou dudesse isolé, au creux de la vague. À cet instant là, ils sont si proches de JESUS le dandy aux grosses couilles du BIG LEBOW', comme personne ne le sera jamais. Et au plus profond de leur slip, ils savent que dédier leur vie à faire naître ce moment vaut plus qu'un contrat signé avec EVIL CORP. 







mardi 5 juillet 2016

Sexport au Zorba



Mini-concert/perf/impro de Sexport au Zorba (Paris) le 11 juin 2016
Avec Mathias Richard (voix, mots), Antoine Herran (clavier), Ido Dweck (guitare électrique), Agathe Paysant (voix, mots)

dimanche 3 juillet 2016

On m'a dit que. Je ne sais plus. 3.02

ON M'A DIT. JE NE SAIS PLUS. On m'a dit. Je ne sais plus. On m'a dit que je devais respirer pour la première fois de la journée. Ouvrir les yeux. Me lever. Arracher la fine pellicule poisseuse qui enveloppe mon corps. Le fœtus d'une journée. L'enfant d'un tour de cadran. Respirer. Se raccrocher aux totems. Inspirer. Calquer le vent thoracique à l'armature du temps. Reprendre son souffle. Inspirer pour la troisième fois . De la buée sur l'écran d'une montre aux accents hémophiles. Un langage apeuré. Celui d'un souffle. Prière faite a l'humanité. On m'a dit. Je ne sais plus. Et alors connard ! Sers les dents. Trois décennies à genoux devant les ombres. L'échine voûtée devant l'immonde. Ma sueur et celle d'un monde atrophié. Le mélange d'une graisse à l'odeur de sucre brûlé. Fuck off !!! Respire. Raccroche toi aux battements de ton cœur. Penche toi devant l'horreur et embrasse la. Chante. Danse aux sons d'une boite à rire. Des éclats enregistrés. Passés en boucle. La fièvre. Tourne sur toi même. Hurle un murmure apeuré comme une révérence faite a l'humanité. Hurle !!! Danse !!! Chante !!! Tourne sur toi même et tombe dans un éclat de rire... "Je t'aime" timidement gravé sur le bout de ma langue. On m’a dit. Je ne sais plus. Retrouver les mots. Plonger dans la boite noire. La mémoire. Rewind Please. Ok ? Rembobiner la cassette. Plonger dans les limbes de la conscience. Agripper les souvenirs. On m’a dit. Je ne sais plus. Retrouver les lettres. Mots. Phrases. Les agrafer les uns aux autres. Se blottir contre cet ours en peluche. La mémoire délavée par le temps. Continuer a écrire jusqu’à ce que les souvenirs resurgissent. Ces souvenirs à l’odeur chimique d’une photographie qui se dévoile seconde après seconde. Partir du blanc amnésique pour qu’un noir et blanc se greffe à la rétine délavée. Retrouver les formes. Contours. Lignes droites. Courbes d’un passé qui n’existe que par soubresauts. On m’a dit. Je ne sais plus. Retrouver les mots. Plonger dans la boite noire et enfin retrouver les contours. Lignes droites. Courbes d’un corps que j'imaginais mort depuis des milliers d’heures. On m'a dit. Je ne sais plus. On m'a dit que j'étais Rwandais. On m'a dit que mon pays était crucifié par un génocide. Écran 19 pouces. Son HD. Pixels explosés sur la face d'un l'avion touché par un missile. Services secrets français ? La question est posée avant même ce meurtre. Celui du président Habyarimana. Balbutiement du massacre. Chuchotement hurlé du Starter. Top départ connard ! Je ne savais pas que je serai à jamais lié à lui. Ce monstre de sang et de sueur. La face caché d'un golem cannibale. Nos deux noms gravés sur l'écorce de cette arbre. " David Loves the rwanda's génocide ". Mon pays. Ma patrie. Le déracinement du béton armé à mes pieds. Le métissage belge couleur brun et cette patrie dépossédée de sa colonne vertébrale. Je ne savais pas encore que je serai à jamais lié à lui. Rwanda 9.4. le mot "cafards" martelé sur la radio milles collines. Machettes. Combats de nègres et de chiens. Je m'accroche alors a Aimé Césaire. Oublier l'accent imité. Le Boy de service à la perruque blanche. Clown Chocolat. Rires enregistrés. Fuck Of !!! Clap de fin connard ! Retourne à tes décoration militaires d'un temps que tu n'a jamais connu. Haha ! Tout n'est qu'un blague. Une vulgaire farce adressée au créateur comme ultime offense à l'Humanité. On m’a dit. Je ne sais plus. On m’a dit que j’étais un enfoiré. Une star hollywoodienne en cure de désintox. Un cartoon sous prozac. Je ne sais plus. On m’a parlé de mon visage. Mon cœur. Mes muscles à vifs. On m’a disséqué sur la table d’opération. On connait tout de moi. Passé. Présent. On a réécrit le « Je ». Ego Trip(es) sous acide. Colonne vertébrale dessinée sur des sables mouvants. On m’a dit. Je ne sais plus. Et alors connard ! Autant effacer le « Je ». Ne plus être. Disparaître sous les flots. Détruire. Écrire. S’inventer une vie. Reconstruire un passé oublié à travers les courbes d’un travesti qui improvise son identité. Riez. Riez jusqu’à faire fuir les fantômes du temps. Riez. Riez jusqu’à faire fuir les ombres. Lucky luck dégaine. Phrases pour combler les secondes hémorragique. Celles d’une existence sous respirateur artificiel. Je l'ai déjà dit. Et alors connard ! Shoot de vodka.C’est brutal. Inconscient. Comme le regard d’un dément. Une armée de fous. Respire ! Tu n'es que l'ombre d'une dizaine de " chiens noirs du Mexique qui dorment sans rêver "

samedi 2 juillet 2016

On m'a dit. Je ne sais plus. 2.01

On m’a dit. Je ne sais plus. Retrouver les mots. Plonger dans la boite noire. La mémoire. Rewind Please. Ok ? Rembobiner la cassette. Plonger dans les limbes de la conscience. Agripper les souvenirs. On m’a dit. Je ne sais plus. Retrouver les lettres. Mots. Phrases. Les agrafer les uns aux autres. Se blottir contre cet ours en peluche. La mémoire délavée par le temps. Continuer a écrire jusqu’à ce que les souvenirs resurgissent. Ces souvenirs à l’odeur chimique d’une photographie qui se dévoile seconde après seconde. Partir du blanc amnésique pour qu’un noir et blanc se greffe à la rétine délavée. Retrouver les formes. Contours. Lignes droites. Courbes d’un passé qui n’existe que par soubresauts. On m’a dit. Je ne sais plus. Retrouver les mots. Plonger dans la boite noire et enfin retrouver les contours. Lignes droites. Courbes d’un corps que j'imaginais mort depuis des milliers d’heures. On m'a dit. Je ne sais plus. On m'a dit que j'étais Rwandais. On m'a dit que mon pays était crucifié par un génocide. Écran 19 pouces. Son HD. Pixels explosés sur la face d'un l'avion touché par un missile. Services secrets français ? La question est posée avant même ce meurtre. Celui du président Habyarimana. Balbutiement du massacre. Chuchotement hurlé du Starter. Top départ connard ! Je ne savais pas que je serai à jamais lié à lui. Ce monstre de sang et de sueur. La face caché d'un golem cannibale. Nos deux noms gravés sur l'écorce de cet arbre. " David Loves the rwanda's génocide ". Mon pays. Ma patrie. Le déracinement du béton armé à mes pieds. Le métissage belge couleur brun et cette patrie dépossédée de sa colonne vertébrale. Je ne savais pas encore que je serai à jamais lié à lui. Rwanda 9.4. le mot "cafards" martelé sur la radio milles collines. Machettes. Combats de nègres et de chiens. Je m'accroche alors a Aimé Césaire. Oublier l'accent imité. Le Boy de service à la perruque blanche. Clown Chocolat. Rires enregistrés. Fuck Of !!! Clap de fin connard ! Retourne à tes décoration militaires d'un temps que tu n'a jamais connu. Haha ! Tout n'est qu'un blague. Une vulgaire farce adressée au créateur comme ultime offense à l'Humanité. On m’a dit. Je ne sais plus. On m’a dit que j’étais un enfoiré. Une star hollywoodienne en cure de désintox. Un cartoon sous prozac. Je ne sais plus. On m’a parlé de mon visage. Mon cœur. Mes muscles à vifs. On m’a disséqué sur la table d’opération. On connait tout de moi. Passé. Présent. On a réécrit le « Je ». Ego Trip(es) sous acide. Colonne vertébrale dessinée sur des sables mouvants. On m’a dit. Je ne sais plus. Et alors connard ! Autant effacer le « Je ». Ne plus être. Disparaître sous les flots. Détruire. Écrire. S’inventer une vie. Reconstruire un passé oublié à travers les courbes d’un travesti qui improvise son identité. Riez. Riez jusqu’à faire fuir les fantômes du temps. Riez. Riez jusqu’à faire fuir les ombres. Lucky luck dégaine. Phrases pour combler les secondes hémorragique. Celles d’une existence sous respirateur artificiel. Je l'ai déjà dit. Et alors connard ! Shoot de vodka.C’est brutal. Inconscient. Comme le regard d’un dément. Une armée de fous. Respire ! Tu n'es que l'ombre d'une dizaine de " chiens noirs du Mexique qui dorment sans rêver "

On m'a dit que. Je ne sais plus. 1.02

On m'a dit que. Je ne sais plus. On m'a dit que j'étais Rwandais. On m'a dit que mon pays était crucifié par un génocide. Écran 19 pouces. Son HD. Pixels explosés sur la face d'un l'avion touché par un missile. Services secrets français ? La question est posée avant même ce meurtre. Celui du président Habyarimana. Balbutiement du massacre. Chuchotement hurlé du Starter. Top départ connard ! Je ne savais pas que je serai à jamais lié à lui. Ce monstre de sang et de sueur. La face caché d'un golem cannibale. Nos deux noms gravés sur l'écorce de cet arbre. " David Loves the rwanda's génocide ". Mon pays. Ma patrie. Le déracinement du béton armé à mes pieds. Le métissage belge couleur brun et cette patrie dépossédée de sa colonne vertébrale. Je ne savais pas encore que je serai à jamais lié à lui. Rwanda 9.4. le mot "cafards" martelé sur la radio milles collines. Machettes. Combats de nègres et de chiens. Je m'accroche alors a Aimé Césaire. Oublier l'accent imité. Le Boy de service à la perruque blanche. Clown Chocolat. Rires enregistrés. Fuck Of !!! Clap de fin connard ! Retourne à tes décoration militaires d'un temps que tu n'a jamais connu. Haha ! Tout n'est qu'un blague. Une vulgaire farce adressée au créateur comme ultime offense à l'Humanité. On m’a dit. Je ne sais plus. On m’a dit que j’étais un enfoiré. Une star hollywoodienne en cure de désintox. Un cartoon sous prozac. Je ne sais plus. On m’a parlé de mon visage. Mon cœur. Mes muscles à vifs. On m’a disséqué sur la table d’opération. On connait tout de moi. Passé. Présent. On a réécrit le « Je ». Ego Trip(es) sous acide. Colonne vertébrale dessinée sur des sables mouvants. On m’a dit. Je ne sais plus. Et alors connard ! Autant effacer le « Je ». Ne plus être. Disparaître sous les flots. Détruire. Écrire. S’inventer une vie. Reconstruire un passé oublié à travers les courbes d’un travesti qui improvise son identité. Riez. Riez jusqu’à faire fuir les fantômes du temps. Riez. Riez jusqu’à faire fuir les ombres. Lucky luck dégaine. Phrases pour combler les secondes hémorragique. Celles d’une existence sous respirateur artificiel. Je l'ai déjà dit. Et alors connard ! Shoot de vodka.C’est brutal. Inconscient. Comme le regard d’un dément. Une armée de fous. Respire ! Tu n'es que l'ombre d'une dizaine de " chiens noirs du Mexique qui dorment sans rêver "

On m'a dit que. Je ne sais plus.

On m’a dit que j’étais un enfoiré. Une star hollywoodienne en cure de désintoxe. Un cartoon sous prozac. Je ne sais plus. On a parlé de mon visage. Mon cœur. Mes muscles à vifs. On m’a disséqué sur la table d’opération. On connait tout de moi. Passé. Présent. Futur. On a réécrit le « Je ». Ego Trip(es) sous acide. Colonne vertébrale dessinée sur des sables mouvants. On m’a dit. Je ne sais plus. Et alors connard ! Autant effacer le « Je ». Ne plus être. Disparaître sous les flots. Détruire. Écrire. S’inventer une vie. Reconstruire un passé oublié à travers les courbes d’un travesti qui improvise son identité. Riez. Riez jusqu’à faire fuir les fantômes du temps. Riez. Riez jusqu’à faire fuir les ombres. Lucky luck dégaine. Phrases pour combler les secondes hémorragique. Celles d’une existence sous respirateur artificiel. Je l'ai déjà dit. Et alors connard ! Shoot de vodka.C’est brutal. Inconscient. Comme le regard d’un dément. Une armée de fous. Respire ! Tu n'es que l'ombre d'une dizaine de " chiens noirs du Mexique qui dorment sans rêver "

jeudi 30 juin 2016

« Mutation Bisounours sous THC ? » Sortie de 2000 WHAT THE FUCK - ACT III - JOKARI GARAGE (2016)

Bonjour,
Avant la Saint Thierry (1er juillet), je vous annonce la naissance de mon dernier rejeton électro-nique !!!  Il pèse pas lourd, quelques grammes...

Sortie locale (19ème rive droite) 

de 2000 WHAT THE FUCK - ACT III - JOKARI GARAGE (2016)


8,88 € - 25 tracks (61 mns)

Genre musical indéterminé

aka

Poésie sonore pop ?

Chanson française hardcore ?

Variété dégénérée ?

Mode d'emploi techno ?

Foutage2gueule electro ?

Mutation Bisounours sous THC ? 

OSEF!

C'est du 100 % TH

Avec de La BS

du Chevé,

des pitchs de nanars

et la charte du spectateur MK2-UGC complètement WTF.

Commandez le  via ththeolier@gmail.com

10 € port compris et une lettre de dude écrite à la main à La Pointe Lafayette.

Love, Mutantisme, Couscous, D.I.Y  & Dudisme Frenchouille.

Grosses bises


mercredi 29 juin 2016

mardi 28 juin 2016

Photos et vidéos de Mathias Richard avec "Poésie is not dead !" (11 juin 2016, Paris)



Vidéos : François Notdead



Photos (ci-dessus) : François Notdead

Photo (ci-dessus) : Fanny Georges





















Photos (ci-dessus) : Franck Chevalier

Vidéo (ci-dessus) : Fanny Georges









Vidéos (ci-dessus) : Lily Tournay

Le samedi 11 juin 2016 à 17h, Mathias Richard a donné des lectures-performances à la dernière vespasienne de Paris, boulevard Arago (14e), en face de la Prison de la Santé.

C'était un événement organisé par "Poésie is not dead : Rimbaudmobile" (François Notdead), en périphérie du Marché de la Poésie.
Avec une installation sonore de Michel Bertier.

La lecture de Mathias Richard fut suivie d'une intervention de Serge Pey et Chiara Mulas.

vendredi 24 juin 2016

Photos lancement " s y n - t . e x t " à la librairie-galerie Tituli (Paris, 13 mai 2016)

Le vendredi 13 mai à 19h, à l'occasion de la sortie de son livre s y n - t . e x t (éditions Tituli), Mathias Richard a donné une heure de lectures-performances à la librairie-galerie Tituli (142 rue de Rennes, Paris 6e).
Ci-dessous, quelques photos de la lecture.









Photos : Mathilde Arnau

Photo : Patrice Cazelles




Photos : Ghada Laghzaoui