vendredi 22 mai 2015

Deux syntextes de Mathias Richard traduits en albanais, par Anila Xhekaliu

Mathias Richard
Lindur në 1974, në Paris, jeton aktualisht në Marsejë. Shkrimtar, poet, muzikant, Mathias Richard merret me lexime-perfomancë të teksteve të tij, si dhe koncerte rock/elektronike, herë në emrin e tij, herë në emrin R3PLYc4N. Në 2004 bashkëkrijon platformën shumëpërmasore Caméras Animales. Në 2007 themelon mutantisme, lëvizje artistike dhe reflektimi, bashkim gjysmë-real e gjysmë-virtual. Ka publikuar librat : Makinë në kokë (Vermifuge, 2013), Manifesti mutantist 1.1 (Caméras Animales, 2011), Anaérobiose (Le Grand Souffle, 2009), Muzikat e revoltës së mallkuar (Caméras Animales, 2004).


amatemp3.2

Log in / botvirtuale.dll / Le ta shkatërrojmë Apokalipsin e le të mbretërojmë mbi çka mbetet. Lojë e re. / “bëhet shumë mbytëse. Nuk jemi në krizë morale, politike, financiere, nuk gjendemi në asnjërën nga këto. Jemi në krizë zhvillimi. Po vdesim për njerëzimin, për të lindur në diçka tjetër.” / Për të tjetërzhvendosur / Kam frikë mos veshja ime e plumbtë i telefonon time më. / Provo të hysh në lidhje me Michael Jackson në kokën tënde. / Dashuria zgjat më gjatë se vdekja./ Është gjetur makina për të prodhuar kohë : Është një botë e tërë tregjesh të reja që zhvillohen : Më paguani me çeqe gjatë kohës që fle / nga një pikpamje jonjerëzore, vetëdija njerëzore shfaqet si kancer i pakontrollueshëm. / zëmë në grackë fëmijët që vijnë në botë. / Njerëzit jetojnë në skllavëri në planetin Tokë. / Bota është një spital i madh psikiatrik. / Të gjitha psikat njerëzore formojnë një të vetme. / një psikë të vetme kolektive që ëndërron 24 orë në ditë, në një ditë pa orë e pa kufij / psikiatri e urgjencës : të mos presim që ëndrra kolektive të çlirohet. Na duhet të veprojmë për veten tonë./ mutantizmi është shpërthim i heshtur / zbavitëse, ëndërroja sikur më flisje. / zgjohem. Je aty por e heshtur. / Gjenerata e dytë e vetëgjeneruar / fëmija i tretë falas / IBM riprodhon trurin e një maceje me 150.000 proçedues / krijim organesh ndjesorë të sintezës / teknologjia taton produktet dhe logjikat e saj shoqërive tokësore / Ky proces i mrekullueshëm konverton oksigjenin dhe sheqerin në emocion. / ndryshime të dritës dhe ritmeve na japin nocionin e kohës dhe hapësirës / Frika i mëson elementit intelektual të ëndërrojë. / “Pra gjithçka është e thyer, ngado. Gjithçka është e tmerrshme, ngado, madje në qytetet rrezëllitëse amerikane, shumë të rehatshme, është e njëjta babëzi, ngado.” / Ç’nuk ka qenë kurrë nuk është më përsëri. / E di, do kisha dashur të provoja përvojën e një holokausti bërthamor tek njeriu. / Në rastin e një të porsalinduri me një kaskë realiteti ? / E qara e përsosur do bëhet sport i nivelit shumë të lartë. / qitje për të Ngjeshur në bazë të kafkës / emergjencën e një interneti të gjithkundgjendshëm quajtur interneti i objekteve / kam një shok insektofil dhe e bën jetën shkel e shko / shtëpi-kafaz në Hong Kong / bisnes sigurimi : Për ne, situata siguruese dëmtohet, më mirë s’ka. / molekulë me 46 fytyra : e gjithkundgjendshmja / majmunë ushqehen nga mendimi / e pamundshmja për të frymëmarrë pa ekip / Një komunitet jashtëtokësor do duhej të jetojë në autonomi të plotë – në një kasolle varur në një asteroid. / 100 goditje të rrufeshme godasin Tokën çdo sekondë / dua të dëgjoj rrezet X, dua… / Dua të prek me tjetër gjë – si këto putra të kapshme / Jam një makinë, dhe do mund të dija më shumë. / të bëhem si gjuetarët që gjuajnë veten / Katër kilometra gra shtatzëna në të cilat qarkullojnë protonet / kur isha i vogël, u dërgoja vizatime të burgosurve të torturuar kilianë / thonë se ndjenjat e mia për ty janë të programuara. Përpiqem t’i sjell ndërmend. Jo keq. / Boshllëk më i mirë i mundshëm duhet të mbretërojë / që të gjitha organet e të gjitha gjërave, të gjithë sytë, të gjitha gojët, të gjithë penisët, të gjitha vaginat, të gjithë veshët, të gjithë anusët, të varen mbi trupin plot me qytete të tëra të vëna në vijë, si mbi bishtin e palloit të një bishti mbretëror – dhe të kenë aty përfaqësuesit e tyre të brendshëm / t’i zëvendësojnë proçedurat e ndërlikura me objekte më përmbledhëse a më të përgjithshme (punë e informatikës pa kompjuter) / namatisjet janë algoritma / algoritmat janë namatisje për të cilat shoqëria jonë ka nevojë çdo ditë më tepër / një avion të vogël për 110.000 refugjatë ! / të gjitha këto organe grumbullohen deri në festën e panairit / dhe grumbullohen përsëri / përmjet kohës e hapësirës / “Dhe duhet ardhur çastin kur vetëdija rrotullohet në një përmasë tjetër. Kjo është historia, është krizë zhvillimi. Jemi në të njëjtën pikë ku, në njëfarë çasti të zhvillimit, i është dashur të kalojë nga frymëmarrje bronkesh në frymëmarrje mushkërish, përndryshe asfiksohemi.” / Baza dhe kulmi. / Lulja brenda frutit – që është njëherësh prindi dhe fëmija e tij. / Të rënë si të vjetrit. / Dera e madhe dhe ajo çka ndodh. / Mekanizma bërthamorë të aktivizuar, makina – shtyn kohën në çardakë, si makaronat e gjata në brumë të ri, dhe makina e vetme përdor kohën për të prodhuar kohë për të prodhuar kohë. / Kur makina ndalet, koha ishte një iluzion i sajuar. / Jemi të panumërt si trupat ku zotërojmë, njëherësh prindër e fëmijë pa fund në kopje të përsosura. / ke njëqind njerëz të gjallë në kokën tënde / dhe je / njeriu i vetëm që njoh / Kanë fshirë mendjen e tij, kanë shpëlarë trurin e tij herë pas here, vite me radhë – dhe nuk ka reshtur kurrë të së dashuri. / 1 Napollon et 1 Apollon dëgjojnë black-metal afrikan black-metal / Do I have to upload that to your brain myself ? / Log off 

***

amatemp19 [\m/]



Ky lexim mund të regjistrohet.

fjala më e njohur në botë është “OK”
fjala më e njohur në botë është “OK”
fjala më e njohur në botë është “OK” dhe e dyta është “coca cola”

speedtalk || Mamaja ime është sisore. Si Stalini. || Jemi pederastë homofobë. II Të flas me cci. || Një çaj pa avull po deshët. || Me ta plas shpirtin është në njëfarë mënyre gjëja më e fundit, domethënë me mrekullimin e dëshirës së ngulmët me ta plas shpirtin, qëllimi i shkatërrimit të kuptimit është arritur. || një lypës rrugësh shtrihet gjerë e gjatë në pistën e metrosë || Ajo lind në autostradë dhe fëmija e saj shtypet nga një makinë që zigzagon dhe provokon një përplasje të tmerrshme : 50 të vdekur. || meduzë bubblegum || europe superdroge || spam anal || Zhvillim i bujshëm || Psychic Mutant Codex || filma pa kamera || Kebabi i Prustit || spermë : dhurues universal || telash njerëzor || logo my ego || muzika ngre qimet. || si një balerinë mbi një minë antivetjake || Ai shtrihet gjerë e gjatë duke parë qiellin. || për të shkruar njëherësh dy fjali të ndryshme me të dyja duart || || për të jetuar 9 ditë me kokë të prerë, para se të vdesë nga uria. || Lilianë rrudh prapanicën në të mbrendshme prej ari. || Donald Trump thërret në revolucion. || unë gjuaj me plumba bërë prej gjakut tim || Pështyma jote është kundërdhimbja ime. || Çdo ditë sheh lindjen e një teknologjie që trazon mendësitë. || seks lëngues prej të paturit mbërritur kulmin e kënaqësisë || vij prej një asgjëkundi pa fund e marr drejt asgjësë

Without english you don't exist
Pa anglishten, nuk jeni aty
Pa anglishten, nuk jeni as në dhomë
Pa anglishten jeni të padukshëm
Without english you're invisible
Without english you're not even in the room
Without english you don't exist
Without english you don't

Roberti bëhet Robart. || I vë zjarrin dhomës së tij të hotelit duke u munduar mos zien një lepur në një ibrik kafeje. || Adolf Hitleri ndjek tash e tutje shfaqjen tënde muzikore. || Google vdiq. || (zë epshor) Mos do të luash në mikrovalë me mua ? || Syri i saj është më i madh se truri i saj. || Fluturat shijojnë me këmbët e tyre. || Yjet e detit janë pa tru || vetëm, sytë në tavan || Avant-garda në lëvizje tek Fondacioni i Ndërmarrjes Rikard || paaftësi për të emërtuar, identifikuar e trajtuar emocionin || Gjërat që ekzistojnë por nuk kanë emër. || Fjalë të mbledhura nga HP Lovecraft || mendimet tona janë burgosur në të folur :: për të modifikuar gjuhën modifiko kushtet e mendimit || për të prerë flokët me gjuhë || duke përzier bishta zvarranikësh, sisorësh e zogjsh për të arritur tek një kafshë mozaik || një përçues i aftë për t’i thithur informacionet si sfungjer || Truri mbrohet vetë kundër ecurisë shpërbërëse të krijimit. Ngurtësohet dhe nocionet e tij të fituara forcohen në sisteme që rezistojnë po i le të shkatërrohen. || kondensim rrezesh diellore, fije nervore e spermatozoidesh || telekapistra të ngulura në kutinë kafkore || Idetë e bukura lindin në kokat e kapitujve. Nga kryqëzimi i kimisë me fizikën, të fizikës me mjekësinë apo të fizikës me sociologjinë. || një fetus në një meduzë || përputhje e rastësishme e të gjitha koncepteve dhe trajtimit të tyre konceptual për të thyer gangsterët || fenomene që të tjerët i kishin parë shumë më përpara, por për t’i interpretuar ndryshe || 

Dita e ditës || Sot … është anuluar. || izoluar nga qyteti e natyra njëherësh || të ëndërrosh për të tejshkuar Amazonën për të mësuar një gjuhë që asnjë nuk e di || për të ndërzyer spermë njeriu te majmuni || krijesa të krijuara gjenetikisht mbi bazën e veladonëve fetare dhe termitesh me qëllimin për të shfarosur mërzitë që shndërrohen në kameleonë biomekanikë || Peshkaqenët fillojnë të shumëzohen me anën e virgjëreshave. || zogj me krahë zogjsh || Elektronet infiltrohen në secilin nga ne dhe veprojnë. || çdo ditë qëkur kam hapur sytë jam vonë || gjendet një zbrazëti e madhe brenda meje, një zbrazëti që shkatërron e bren e thith gjithçka. || Të gjithë të krisurit telefonojnë, çmenduria shpërhapet… || disa somnambulë që bëjnë namin gjithkund ! pllenojnë dhimbjen || Është sikur zorrët të të shtrëngojnë zemrën. || hajne e aparatit të zemrës || viçi buldog i kapur nga shkurtabiqësia e patrajtë || gjedhe e ardhur nga një ka e një kalë duke ilustruar çiftëzimin ndërspecior || jelek i trikotuar leshi || Edhe 7 vite pa punë dhe vjen pensioni. || gjynah të metabolizosh perceptime shumë të pasura || rrotulloj video në gjumë pa e marrë vesh || sistem i aftë për t’i shtuar fort dritëzat më të vogla – lejon kështu për të ngulur shtyllat në rrethana errësimi pothuaj të plotë || përgjigje të përshtatshme organizmash të nënshtruar || Zotësia individuale për t’u bërë ballë forcave krijon formë kolektive.

Ky seksion është bosh, pamjaftueshëm i detajuar ose i paplotë. Ndihma juaj është e mirëpritur !

I dashur thes i vogël bollguri, lloj i bankave të spermës pema gjenealogjike e të cilave është në formë rrethi. Pederasti yt i sapolindur nuk do të flasë kurrë. || një leproz i djegur me acid më ka prekur me sytë e tij || ishin krijuar për të vdekur, por shtohen. || paraja është më e rëndësishme se kuptimi || Lufta e të nesërmes, çfarëdo të ndodhë na përket || gropa ime e fytyrës është vetëmbyllur, po shpërthej || Mendim për mbipopullimin || Ju dalloj si koloni milingonash || Ju dalloj si tub mbushur me qeliza minjsh mali të ngrira në xhelatinën nënshtruar një vandaku kundërprotonesh, pjesëzash kundërlënde || nesër është dita e të mërziturve, besoj të kem interes për ta fshehur makinën time ! || hibridizim mes një djali me skuter shpejtësi në fund dhe një autobuzi bashkiak || të gjithë organizmat tokësorë janë krijuar në formë L || Aparati juaj gjenital është më i fortë se një nunshaku : e dinit. || ajo është e verbër… dhe raciste || Mund të humbasësh brenda tjetrit e unë humbem në mua ! || I'm a street walking cheetah with a heart full of napalm || përvoja mendore, vija vazhdon shifra, një projekt kërkimi || mësues shpërqendrimi || nuk të ndodhë madje të imitosh vetveten || Ajo bën ende reklamë gjinjsh. || bëjmë bashkë një emision porno-emocional për TF1 || roboti rikonfigurohet me një lloj vetëvëzhgimi || Mikrobet përbëjnë gjysmën e biomasës të këtij planeti. || Për të shurruar. Prandaj birra jep kaq shumë të ardhura. Nuk e blejmë, i thurim lavde vetëm. || Përtëritje me anën e shartimit të të rinjve me të vjetrit (Rejuvenation by grafting) || Po deshti Zoti.

Lexim i menjëhershëm. 100 për qind i ligjshëm. Pa ndërprerje, as angazhim

Çliruar nga liria || çsolidarizohem plotësisht nga shfaqja e dorëshkrimit tim || krejt përçapja ime ka qëllim të krijojë shkallë të lartë shtypjeje në kokën time || sikur duhej të vdisja, kam shpenzuar krejt të hollat; gjithmonë gjallë, jam tani në situatë financiare më shumë delikate || rekord i shpejtësisë më të shpejtë thyer nga një qenie njerëzore në rënie të lirë || injektohen inde testikujsh qeni e kavieje nën lëkurë || qime bythe të mëdha si kobra || Çdo pore e lëkurës është mbyllur. || për të mos e njohur fytyrën e prindërve të saj apo fëmijëve të vet || si të zotërosh ide më të pastra || e ardhmja është bosh dhe ne gjithashtu || bazë sulmi eksperimentale e Marsejës || halucinacione të numërizuara || toksimani pa drogë || organizim kaotik kamikaz || specialist emocionesh makinash || terrorist i të vërtetës || ushtrim realiteti || zgjidhja e saj është pa reshtë e përfunduar || truri i kërkon zemrës për të mos harruar e dërguar më shumë gjak || një sistem fetar që ka prodhuar Manastirin Jeshil nuk mundet kurrë të vdesë || ridërguar me kohë të plotë || Në pubertet, një çunak sheh në disa javë taksën e tij të testoteronit të shumëzuar me 18, përkundër 3 a 4 për vajzat. || Bota është rezultat i një ekuilibri që krijohet mes presë dhe grabitqarëve. || “Parapëlqej të qaj në sediljen e prapme të një BMV se të jem e lumtur majë një biçiklete…” || Fillon stina e dashurive: dhe aty është beteja e të gjithëve kundër të gjithëve. || realitet i qytetëruar ndëshkimesh të shpeshta e prejardhje rrahjesh || disa fjalë janë gozhduar në trup || Sa më shumë dy qenie afrohen, aq më shumë binden se janë larguar. || numrat Flextel duke ridërguar thirrje drejt çfarëdo pike të globit || klikoni këtu për t’i dhënë fund mosdënimit || për të futur gjëndëra majmuni në disa milionerë :: Testicular grafting from ape to man || Ky shqetësim diplomacie që, te disa njerëz me vështirësi përparimi, bëhet natyrë e dytë, me frikën për të zemëruar një të fuqishëm të sotëm apo të nesërm. || kristale argjile vetëjehone, që janë dorëzuar për miliarda vite luftërave para se të prodhohen nga qeliza të thjeshta || psikohistoria parathotë të ardhmen duke e konsideruar botën si një bashkësi grimcash || repertor murmurimash, frushullimash e kërcitjesh i ngathët në një nga gjuhët më të errëta të planetit || sistem që bën të prekshme çdo sipërfaqe (muri, tavoline, vitrine...) || planeti nën LSD ka dendësi të ulët përkundërt me atë të tapës dhe mund të pluskojë mbi ujë || zog me krahë || krahë aparatesh fotografikë || Njerëzit nuk më shohin kur jam përballë tyre, nuk më dëgjojnë kur u flas. || mund të më programosh në largësi ? || Shumë kanë pak kujtesë. || Problemi nuk është vetëm për t’i patur gjërat, por për të ditur çfarë kemi. || “parapëlqej të të fyej dhe të mbetem po unë” || Ministër i Ngritjeve Prodhuese || një mut i madh mbi një tavan ! Hë ? Shpjegoma këtë. || Zbulon se kam kokë për ta patur parë tashmë këtë lloj muti ??? || E zeza sipër kokës tënde, janë këto re të zeza. Në realitet, këto janë këpucë. || Tërësia e të gjitha tokave të botës është rreth 148.940.000 km2. Ti kërkon gjithmonë 10 m2 e tua ! || Kurrfarë përkthimi nuk është i mundshëm për këtë përmbajtje. || Do kisha dashur shumë të mund të jeni në një mendje me mua pa qenë plotësisht të marrë.

Solli në shqip nga frëngjishtja : Anila Xhekaliu

Anila Xhekaliu

Ces traductions vers l'albanais par Anila Xhekaliu ont été publiées dans le magazine Milosao (mai 2014) et le site MNRV (juin 2014).

Les syntextes en français :

amatemp3.2

amatemp19 [\m/] ou

mercredi 20 mai 2015

Une de ces histoires avec des monstres de série B qui se terminent toujours dans un bain de sang - Episode pilote (Chapitres 4 & 5)

/ Une de ces histoires avec des monstres de série B qui se terminent toujours dans un bain de sang
/ Épisode Pilote : Et l’inauguration du pédiluve Diego Maradona tourna au drame
/ Chapitres 4 & 5




Chapitre 4
Mystère Formen ne fera pas de mystères

Jean Dujardin gara son semi-remorque VOLVO FH12 dans la rue Michel Drucker, avec une sophistication jamais égalée. Aucun voisin n’aurait osé se garer sur cet emplacement. Le contrat était tacite dans la communauté, et toute entorse à cette tradition eut relevé d’un caractère sacrilège.
Il se gara au millimètre près malgré l'encombrement de l’engin.
En manipulant le volant, il croyait faire la fierté du voisinage sauf que tout le monde le prenait pour un con et se demandait comment un sosie de Jean Dujardin avec vingt kilos de trop et une moustache dégueulasse à la Thomas Sullivan Magnum avait pu mettre Sharon Stone dans son lit.
Mais c’est vrai quoi ? comment pouvait-on avaler cette histoire de sosie de Jean Dujardin avec vingt kilos de trop et une moustache dégueulasse à la Thomas Sullivan Magnum qui se tape Sharon Stone tous les week-ends entre deux courses à travers l’Europe ?
Un retour imprévu qu’il comptait bien optimiser : il avait ramené de quoi préparer une paella géante ; il revenait tout juste d’Espagne avec une palette de crevettes fraîches. Jean fut accueilli par les cuisses ouvertes de sa femme. Ce qu’il prit tout d’abord pour une invitation lubrique se transforma en un appel à la haine quand Sharon - complètement stone - lui raconta comment elle fut violée par des vampires en uniforme qui lui ont enfilé tout un tas de trucs dans les fesses et qui se dirigeaient tous à poil en direction de la piscine municipale.
Dans une fureur froide, le regard dirigé vers une piscine imaginaire, Jean Dujardin quitta la pièce pour retrouver son garage. Il saisit précautionneusement le code de son coffre à fusils, un code qu’il ne pouvait pas oublier puisqu’il s’agissait de la date d’obtention de son permis poids lourds.
Déclaré stérile par les médecins (« Je suis formel, vous avez les raisins secs, Monsieur Dujardin », lui avait déclaré le Docteur Saddam Hussein), il n’avait depuis jamais cessé de considérer son camion comme son enfant -  et bien plus que cela ! - comme son fils unique qu’il n’aurait jamais eu.
Il l’avait conduit partout sur le continent.
Avoir fait découvrir l’Europe à son fils était l’une de ses plus grandes fiertés, avec la construction du dressing géant qui occupait le centre de sa maison, si ce n’était le centre de l’univers.
N’ayant que l’embarras du choix, Jean s’équipa d’un fusil à pompe REMINGTON 870 Synthétique Slug cal.12/76 et d’un fusil Unique Alpine TPG1 Calibre .300 Winchester avec kit sniper et visée laser qui lui permettrait d’éclater le melon de n’importe quel fils de pute à un kilomètre de distance.
L’air était chargé de phéromones à haute intensité. Jean Dujardin laissait apparaître un torse parsemé de cicatrices de guerre datant de la guerre d’Afghanistan au cours de laquelle il fut enlevé et torturé par des éleveurs de chèvre d’Al Quaïda. L’ambiance était tellement chargée de sueur que même l’objectif de la caméra transpirait de plaisir.
Cet homme avait une guerre à mener, et des amis prêts à en découvre avec la racaille. La fine équipe ne tarderait pas à nettoyer les rues de la vermine décadente.

Les festivités démarraient sur les chapeaux de roue dans l’enceinte de la piscine.
Laurence Boccolini, formes somptueuses, contreplaquée dans sa combinaison de cuir et de métal, animait les préliminaires de la journée. Un apéritif était prévu avant que ne commence véritablement l’inauguration, tandis qu’un match de water-polo était proposé à un public qui n’en avait strictement rien à branler du water-polo.
Sauf Laurence, qui aimait vraiment le water-polo.
Laurence qui nous présenta l’inventaire des membres de l’équipe de polo. Elle leur caressait le torse, leur frôlait le dos, un coup de griffe par ci, une pincette par là, passant en revue le charme athlétique des joueurs des deux équipes avec des sexes à la place des yeux. Les maillots de bain trahissaient des érections intempestives. Elle s’en régalait avec l’assurance d’une femme qui connaît l’étendue de son potentiel d’ensorcellement. Elle glissait un petit mot à l’oreille d’un grand blond, petit mot dont la décence m’interdit d’en retranscrire la nature, et sa main glissa tout aussi bien entre les fesses de cet étrange viking dont l’apparence androgyne donnerait des idées d’expérience interdite aux mâles hétérosexuels les plus hard line.
Il devenait urgent de lancer le match, avant qu’un incident ne vienne gâcher la fête, d’autant que les officiels en étaient déjà à leur troisième ou quatrième apéritif.
Un sosie de Mylène Farmer, de son nom de scène Mystère Formen, grimpa sur la scène qui surplombait la piscine en entonnant « Pourvu qu’elle soit douce ». Elle se dandinait comme un poulet et comptait bien sur les effets conjugués de l’alcool et de la chaleur pour transformer sa piètre prestation en une performance de haute voltige
Au fil des paroles, elle se déhanchait de plus en plus lascivement devant un jeune public composé des enfants de l’école Jean-Pierre Foucault et du Centre d’Aide par le Travail. Une rangée de fauteuils roulants, rutilants, astiqués pour l’occasion, huilés comme jamais, composait le premier plan.
La scène ressemblait à une répétition générale du Téléthon en plein mois d’août.
— Je fais des Ah ! des Oh ! Jamais ne me lasse, lança-t-elle dans les airs, l’entrejambe collé contre le métal d’un fauteuil roulant, sous le regard quelque peu dérouté (et surtout jaloux) des officiels qui voyaient le pantalon du jeune myopathe changer de couleur. À voir le sourire de l’handicapé, il s’agissait non pas d’urine mais une belle carte de France en 3D qui faisait tout honneur à Mystère Formen.
La performeuse remonta sur les planches et glissa comme une conne sur un ballon sorti des limites du terrain de water-polo et s’écrasa tout aussi connement la tronche sur un élément de sono avant de rebondir dans l’eau pendant que le son de la musique continuait en playback : « D'un poète tu n'as que la lune en tête / Des mes rondeurs tu es K.O. ! ».
Laurence Bocolini, femme enflammée des années quatre-vingt, se régalait. L’équipe de secouriste sortira Mystère Formen de l’eau avec une stupéfaction non feinte. La perruque en vrac et un gros plan sur la jupe collante, une belle bosse turgescente entre les cuisses.
SCANDALE !
Le grand mystère de Mystère Former fut mis à jour en direct. Et oui, au grand dam de son fan-club, le sosie de Mylène Farmer était un superbe travesti qui cachait bien son jeu.
Sa prestation fut un échec total, autant dire un must pour la postérité.


Chapitre 5
Dans ce genre de situation critique, une seule solution, faites appel à des professionnels

Accompagné de trois figurants innocents, tous armés de fusils de chasse, pistolets automatiques, dagues, couteaux, sabres, katanas japonais et de toute la quincaillerie nécessaire pour mener à bien une guerre civile jusqu’à son terme (pour ne pas parler de nettoyage ethnique, terme un peu moins glamour pour un positionnement pop culture), Jean Dujardin prit possession de la rue.
Avec sa voix la plus caverneuse, il déclara :
— LA LOI, C’EST MOI.
Première cible, un homme casqué, il portait une veste avec un gros écusson en forme de pizza. La marque de l’ennemi, pour sûr. Il courait au loin, sans but ni chaussures. Suspect à 200%.
Dans la lunette du fusil, un visage qu’il ne connaissait que trop bien, celui du moudjahidin anonyme, les souvenirs de Bagdad, Kaboul et Tripoli lui remontèrent en larmes de sang dans les yeux.
Étourdi par l’émotion, il loupera le livreur de pizza, bien trop agile dans son univers urbain - mais une grosse truie qui mangeait une pizza avec les seins à l’air sur le trottoir fera les frais de sa fureur vengeresse, par l’effet d’un ricochet malencontreux.
THIS WAS A FUCKIN’ HEADSHOT !
En arrivant près du corps, Jean Dujardin percuta l’erreur, il venait de tuer Catherine Deneuve, sa voisine. Il soupesa l’une de ses nichons et se fit la reflxion silencieuse que même dans ses meilleures branlettes, il ne se les imaginait pas aussi gros et fermes. C’est un peu de la douceur du monde qui s’apprêtait à disparaître dans les sous-sols d’un cimetière. Quel dommage... mais la guerre, et un accident de chasse... et ben, ça arrive, c’est la vie, et la vie, parfois, c’est triste.
L’un des figurants venait de trouver d’autres pizzas dans le petit coffre du scooter et quelques canettes de bières belges. Ils engloutiront le tout en suivant les traces des vampires qui avaient foutu un bordel monstre dans la rue, laissant derrière eux une tonne de fringues sales et de membres faisandés.

Le répit du livreur de pizza ne fut que de courte durée, en débouchant de la rue Edouard Leclerc, le jeune homme se jeta sous les roues du Range Rover de Jean-Claude Van Damme.
En arrachant les morceaux d’os et de cartilages accrochés aux jantes alu du 4X4 à la motorisation surpuissante, JCVD se demandait si tout cela valait le prix d’un plan cul, même avec Catherine Deneuve.
La poubelle installée gracieusement dans le quartier par les établissements McDonald’s fut vite remplie de déchets humains. Le plus dur fut de glisser les trippes du livreur de pizza dans la publelle sans en mettre à côté.
Jean-Claude jeta un regard aux alentours et décida de faire comme si personne n’avait rien vu, un coup de jet à l'Éléphant Bleu et le tour serait joué, ni vu ni connu. Le principal étant que le casque n’avait pas éraflé la carrosserie de son gros engin.
Nombre de questions lui vinrent en tête lorsqu’il entra dans la maison de Catherine.
La porte était ouverte, attendait-elle quelqu’un d’autre ? S’agissait-il d’une mise en scène érotique ? d’un jeu de piste qui trouverait son terme dans l’entrecuisse génétiquement modifiée d’une égérie des biotechnologies ? Et cet infirmier dans le canapé qui regardait les programmes de l’après-midi sur France 5, qu’est-ce qui lui prenait de s'approcher vers Jean-Claude, le pantalon sur les chevilles, en lui faisant des clins d’œil gros comme une décharge de calibre 12 à bout portant ?
Jean-Claude n’avait pas pour habitude de partager ses conquêtes, encore moins avec des prolétaires, et surtout pas un ambulancier qui bavait comme un chien.
Bien que de nature tolérante, il dégaina son arme de service, au climax de la tension homo-érotique, et vida son chargeur dans la tête de l’ambulancier. Le vampire n’eut pas le temps de tomber qu’il s’évapora en une nuée de miasmes putrides.
JCVD s’approcha du mur du salon criblé de balles. Ses réflexes d’ancien flic lui revinrent sans qu’il n’y prête attention. Il trempa son doigt dans le sang noirâtre qui collait au crépi imitation provençal. Le goût de ce sang était celui d’un vampire. Il aurait dû s’en rendre compte dès le départ.
Les vampires portent tous des têtes blanches de statues grecques défoncées par les siècles et les larmes noires d’une pornstar qui aurait un peut trop forcer sur le rimmel.
Dire qu’il se passait de drôles de choses dans le quartier n’était pas un euphémisme, il se passait vraiment de drôles de choses dans le quartier.
La maison était vide. La rue portait un corps. La ville ne pouvait compter ses morts. Jean-Claude hurla en retrouvant Catherine tragiquement plombée, les hanches déboîtées et les seins à l’air. Ce n’était pas le hurlement d’un loup-garou qui emplit l’atmosphère, ni celui d’un flic qui aurait perdu son coéquipier dans une fusillade inutile, non, c’était le genre de son qui serait apparu sur l’écran d’un détecteur de fréquence électromagnétique si un chasseur de fantômes s’était dérangé pour l’occasion.
Le cri de Jean-Claude Van Damme sortait du spectre des voix animales pour atteindre celui des couches les plus profondes du bas astral.
Le sifflement fit exploser tour à tour les moteurs des quelques voitures garées dans la rue, les luminaires, les canalisations et la mobylette PIZZA YOLO.
Le corps de Catherine ne put échapper au phénomène. La chair de la belle explosa comme une capote remplie de flotte jetée du troisième étage d’un internat de camapgne. Ce fut un mutant barbouillé de sang pourri, de peau disloquée, d’os broyés et de tripes dégoulinantes qui prit la direction de la piscine municipale.
Les buissons s'enflammèrent autour de lui sur son passage.
Le ciel prit la couleur pourpre de la fureur d’un dieu germain tournoyant autour de Saturne. La corruption des lois de l’univers sera à la hauteur de l’outrage à cet instant de désir cosmique à jamais profané sous les cendres de la Picardie.

Jean Reno retint son souffle.
Jean Reno venait d’entendre le cri qui avait échappé aux oreilles humaines.
Jean Reno savait que tout cela ne pouvait se terminer que dans un bain de sang.
Jean Reno regardait l’équipe de France 3 Picardie se préparer pour son décrochage régional.
Jean Reno observait la scène depuis une cachette située dans le plafond de la piscine aménagée par des employés qui avaient aménagé des loges pour mater tranquillement les culs des nageuses en faisant semblant d’entretenir la tuyauterie.
— Nous sommes en direct avec Gérard Holtz, notre correspondant local. Alors Gérard, comment se déroule cette inauguration ?
— Eh bien ma foi l’ambiance est plutôt festive, l’apéritif vient de se terminer et nous attaquons le buffet froid. Le cinquième fût de bière vient d’être liquidé, mais rassurez-vous, nous avons assez de réserve pour tenir l’équivalent du siège de Sarajevo.
— Donc tout va bien sur le plan de l’organisation, et sur le plan sportif, comment cela se passe-t-il ?
— Là, c’est un peu plus délicat, la chanteuse Mystère Formen, qui se produisait pendant le match de water-polo a eu un léger accident, comme on dit. Souvenez-vous de Mystère Formen ? ce sosie de Mylène Farmer qui avait défrayé la chronique en couchant avec des membres de l’équipe de Picardie de football... et bien il s’avère qu’il s’agisse d’un homme, et oui, vous entendez bien, un homme, avec un gros kiki dans le slip.
— Une information pas si surprenante que cela, enfin, je veux dire, il y avait une rumeur, bon, vous comprenez ce que je veux dire ?
— Oui mais j’ai encore mieux question nouvelles, du bien tragique, comme vous aimez. Dans sa chute, Mystère Formen a déséquilibré la scène et l’appareillage électrique est tombé à son tour dans la piscine, électrocutant les deux équipes de water-polo, instantanément cuits à la vapeur sous les applaudissements du public.
— Souhaitons-leur un bon rétablissement, et espérons, Gérard, que cela n’entrave pas la suite des festivités !
— Oh non rassurez-vous, selon certaines rumeurs, il paraîtrait que la ville est attaquée, au moment même où je vous parle, par une farandole de vampires en délire. Donc les officiels sont plutôt sereins pour la suite des évènements, ils assurent, sans langue de bois, que l’épidémie d’herpès sera résolue au plus vite, et Monsieur le Préfet, dans son infinie bonté, nous a déclaré en exclusivité pour France 3 Picardie que s’il ne s’attaquait qu’à un seul problème à la fois, il prenait toutefois le caractère urgent des évènements à leur juste mesure.
Ce fut le moment que choisit Béatrice Dalle pour apparaître dans le champ de la caméra, sourire flambant neuf, à la tête de ses troupes de choc. Tandis que les vampires se jetaient sur les gâteaux apéritifs et buvaient du Ricard directement au goulot, elle lança les hostilités en sautant sur Gérard Holtz. Mais au moment de frapper, ses canines ne sortirent pas.
Gérard Holtz fit preuve d’un sang-froid incroyable. Tel un motard survolant les dunes du Paris-Dakar, il continua à commenter l’évènement malgré les coups, il découvrait en même temps que les téléspectateurs que le sperme de loup-garou guérissait les vampires de leur maladie génétique, raison pour laquelle Béatrice ne pouvait rien faire d’autre que de mordiller le présentateur à travers sa chemisette France 3 au motif Vichy. Il n’était pas spécialement amateur de trip sado maso avec des dominatrices, mais il y avait quelque chose d’excitant à se faire mordiller l’épaule par Béatrice Dalle.
Immobile au milieu de la furie qui avait pris possession des lieux, la chef des vampires comprenait enfin la raison secrète de l’amour entre Léa et Jean, et surtout pourquoi sa fille avait tenté de se suicider. Si seulement elle avait su écouter cette enfant si différente des autres, bien qu’il s’agisse de sa fille unique.

Léa Seydoux retint ses larmes.
Léa Seydoux venait de comprendre que sa mère avait compris.
Léa Seydoux savait que malgré les remords et les doutes, les dés étaient jetés, et que tout cela ne pouvait se terminer que dans un putain de bain de sang.
Léa Seydoux regardait sa mère se faire dévorer sans rien dire par des hommes en uniforme à qui elle avait fait don de la maladie, avec toute la dignité dont pouvait faire preuve une vampire qui était redevenue mortelle.
Léa Seydoux observait la scène, toujours depuis cette petite cachette située dans le plafond de la piscine aménagée par des employés qui voulaient être aux premières loges regarder tranquillement les culs des nageuses et des pratiquantes d’aquagym.
Bob Sinclar saisit le changement de ton et lança son tube Rainbow Of Love, célèbre featuring avec Ben Onono. La piscine était devenue le terrain de jeux d’une orgie sexuelle et vampirique. Tous les vampires avaient rejoint le complexe. Détendus par l’alcool et les vibrations infrabasses, ils comprenaient que l’ambiance était maintenant au délire et la convivialité, que la vie était courte et qu’il fallait en profiter un max. Il sera toujours temps de vider la population de son sang plus tard.
Ils avaient toute l’éternité pour ce faire.
Jean-Pierre Mocky, allergique au sport, restait en retrait pour surveiller le bon état de marche de la pompe à bière. Fataliste, il se demandait si cette histoire n’était pas l’illustration de l’échec de la politique d’intégration des vampires dans la population civile. « Plus rien ne sera jamais comme avant », lança-t-il à sa chope de bière, comme la prophétie d’un Mangeur d’âme

mardi 19 mai 2015

Mathias Richard dans la revue "L'ASSAUT"


La revue "L'ASSAUT", basée à Pau, est dirigée par Karima Bouaoun, Nicolas Hunold et Nicolas Vargas.

Elle publie dans son n°6 un large extrait du texte "LALIBARTA" de Mathias Richard.

Avec également au sommaire : Christophe Esnault, Claude Favre, Sébastien Lespinasse, Thomas Déjeammes, Nicolas Vargas, Lucas Moreno, Guillaume Boppe, et beaucoup d'autres.

Plus d'infos sur ce numéro ici :









samedi 16 mai 2015

vendredi 15 mai 2015

Mathias Richard @ Hacke le PAC (Marseille) samedi 16 mai


Lectures-performances de Mathias Richard
le samedi 16 mai à Marseille
@ HACKE le PAC ! *
performances, lectures, concerts, installations
de 16h à 22h
(et plus tard pour les concerts)
à l'Asile 404 (135 rue d'Aubagne)
et sur la place Paul Cézanne juste à côté

Avec également :
NatTYoT
Nicole Peyrafitte & Pierre Joris
Charlotte Phan
Infrarouge
Juliette Grimaldi
Kino Positive
L'Armoire normande
Nora Neko
...


Alors samedi...
Hacke le PACK !



* PAC = Printemps de l'Art Contemporain

mercredi 13 mai 2015

Une de ces histoires avec des monstres de série B qui se terminent toujours dans un bain de sang - Episode pilote (Chapitres 2 & 3)

/ Une de ces histoires avec des monstres de série B qui se terminent toujours dans un bain de sang
/ Épisode Pilote : Et l’inauguration du pédiluve Diego Maradona tourna au drame
/  Chapitres 2 & 3


Chapitre 2
La farandole de l’horreur organise son carnaval de l’horreur sans autorisation préfectorale

RETOUR A LA MAISON : Béatrice Dalle venait de baiser tous les représentants de l'état dépêchés sur les lieux de l’accident. Une grosse scène de partouze en costumes sur dix pages dont je vous passe les détails : flics, gendarmes, pompiers, ambulanciers, scouts, il ne manquait plus qu’une escorte de l’Armée de l’air et un cabinet de notaire pour parfaire le tableau. Ce fut une troupe de vampires en uniformes troués qui sorti de la maison dévastée et envahit le quartier, les queues à l'air et les mains dans les poches - à la recherche du coupe blasphématoire. 
Ils chercheront par tous les moyens à briser cette histoire d'amour interdite entre une jeune vampire à peine majeure et ce loup-garou dont on ne comptait plus les heures de vol. Mais la farandole de l’horreur ne résisterait pas à violer tout ce qui se présenterait sur son chemin (sauf les enfants et les animaux domestiques, dans le but d’éviter les procès avec la SPA et la DDASS du Département de l’Aisne). 

La voisine, Sharon Stone (on monte un cran au-dessus niveau casting), n'avait rien entendu de ce remue-ménage. La belle se présenta dans sa chambre après un détour par le dressing dont tout le monde s’accordait à dire qu’il s’agissait d’un monument de simplicité apparente et d’ingéniosité conceptuelle, bricolé par son mari, et dont la renommée faisait la fierté de toute la famille. La décoration de sa grande maison n’échappait pas cette vision des choses ; avec sa pureté, sa franchise dans les courbes, sa chaleur sincère et son bonsaï artificiel, chaque détail trahissait un goût pour l’épure et le Japon.
Un plan de caméra aux alentours de la bibliothèque nous indiquait malicieusement que le Feng Shui et les médecines naturelles étaient des passions dont elle devait faire profiter son entourage. 
Sharon Stone découvrait le contenu d’un colis sous pli discret commandé sur Amazon quelques jours auparavant. Un lot de boules de geisha. Sharon, femme au foyer, délaissée par son mari routier à l’international, venait tout juste de s'enfiler la dernière boule dans l’un de ses orifices endoloris, qu'un flic vampire irruptait dans la pièce :
— POLICE NATIONALE ! FOUILLE AU CORPS !! SALOPE !!! 
Elle resta suspecte, les jambes écartées sur son canapé et se tordit de plaisir quand le flic (Vincent Lindon, la bouche de travers) lui arracha le gadget d'un coup sec - comme une grappe de raisin au premier jour des vendanges - et lui fourra le cul bien distendu par le massage expérimenté qu’elle venait de s’administrer. 
Sharon était tout simplement parfaite dans le rôle, elle l'agrippait comme une panthère blonde, elle feulait, elle râlait comme une maman lionne qui désespérait de ne pas voir pousser le bambou dans la savane après la mousson.
Elle continua à convulser bien longtemps bien après le départ du flic vampire. 
Gros plan sur l'anus béant parcouru de soubresauts qui finira par rejeter une des boules de geisha n'ayant pas résisté à l'interrogatoire et qui faillit rester coincée au bord de l’intestin. Aujourd’hui, j’annonce qu’il faudra s’attendre à une recrudescence de violences policières sur le territoire, et j’ai comme envie de vous conseiller de serrer les fesses.

Du côté de la Piscine Diego Maradona, l'excitation était à son comble. Pourquoi une piscine Diego Maradona ? Parce que l’on avait donné au stade de foot le nom de Yannick Noah et le nom de Richard Virenque au terrain de tennis, alors la municipalité souhait rester dans la thématique du chaos.
C'était le jour de l’inauguration du nouveau pédiluve, qui, comme l’indiquait le responsable Culturel de la Mairie, permettra de réduire de manière significative les rumeurs sur la prétendue épidémie de maladies infectieuses. 
Jean-Pierre Mocky - grimé en reporter du journal local - connu ici comme le loup blanc, vieux briscard à qui on ne la fait pas, lui demanda quand même si la piscine avait fait l’objet d’un traitement contre l’épidémie d’herpès qui ravageait la région du nord au sud.
Madame le Maire et le Préfet interrompirent la discussion entre les deux hommes car le protocole exigeait qu’ils se présentent pied nus pour l’inauguration (Nous ne révélerons pas quel genre d’excuse avait encore trouvé l’adjoint au Maire pour se défiler de ses responsabilités). 
Cette mécanique bien huilée ne souffrait que d'une seule entrave. Le groupe Daft Punk était indisponible pour assurer l'animation, le CCAS avait dû se rabattre sur un second couteau de la musique électronique French Touch en la personne de Bob Sinclar.
Le DJ avait pris ses quartiers dans l'Espace Détente Grégory Lemarchal avec son équipe. Il faisait actuellement bon usage du hammam et de ses quatre épouses, de somptueuses #MILF #COUGARS #BIGTITS qui se trémoussaient au son d’un beat lounge des 90’s dans une brume amoprhe teintée d'une légère odeur d'eucalyptus. 
Idéal pour se dégager les narines avec toute la cocaïne qu’ils avaient pu sniffer la veille.
Pendant que Natasha et Suzanna se frottaient l'une contre l'autre, 95D naturel contre 105C artificiel, vagin épilé contre vagin rasé, de manière à bien faire pénétrer une huile de massage portant le doux nom de  « Passage du désir », Bob Sinclar gémit la bouche entrouverte et les yeux révulsés. 
Nathalia le suçait comme une reine. 
Sa langue n’oubliait aucune partie de son sexe, descendant et remontant dans un scénario bien lubrifié. En lui agrippant les cheveux, Bob découvrit le tatouage BORN TO BE ALAVE sur la nuque de sa compagne. Pour un peu le tatoueur, se serait magnifiquement planté en écrivant BORN TO BE AVALE.
Elle releva la tête avec un grand sourire plein de bave pour constater que Bob était prêt à jouir, Anita, que nous ne voyions pas jusqu’alors - elle était cachée dans la brume épaisse d’une après-midi de paresse - lui suçait le cul depuis le début et venait de lui enfoncer un doigt style précision chirurgicale et vibration fatale sur la prostate. 
Bob jouira par le cul et par la bite sans même que l'une des filles ne le branlât. 
L’expérience dont faisaient preuve ces filles, qui se battaient chaque jour que Dieu fait contre les outrages du temps, était une source exemplaire de fierté. Le cri de Bob battit le rappel des troupes, ses quatre compagnes se regroupèrent sur son torse (attention : sortez les mouchoirs !) pour lécher la giclée de crème tiède en se roulant mutuellement des pelles.


Chapitre 3
Quartier par quartier, l’épidémie de sexe ne fait pas de quartier


Une drôle de parade s’avançait vers la piscine avec la ferme intention de gâcher la fête. Catherine Deneuve, dont nous tairons l’âge, impeccable dans son rôle de veuve pas si éplorée que ça, était planquée derrière ses rideaux (comme à son habitude, diront les mauvaises langues...). Elle avait vu toute la scène. 
La petite fenêtre de la chambre d’amis à l’étage donnait directement sur le salon de Sharon Stone. Elle se caressa it doucement de manière à emmagasiner un maximum d’influx sexuel pour son partenaire du soir qu’elle avait trouvée sur Vivastreet. 
Il s’appelait Jean-Claude. 
C’était un homme marié de quarante-cinq ans qui cherchait des dames élégantes de signe zodiacale Bélier ou Taureau ; sportif, dynamique, musclé, ne reçoit pas mais se déplace sans problème sur toute la région Picardie. Expert en cunnilingus prêt à satisfaire tout fantasme sexuel ou femme qui cherche à sortir de la routine ou dame en manque d’affection. Sexe épilé le bienvenu pour madame. Hygiène et propreté assurées pour monsieur.
Telle était la promesse de la prestation.
Mais quand elle redescendit les escaliers - parcourus de photographies de films avec Catherine Deneuve - elle découvrit la rue pleine d’hommes le sexe à l’air, la bave aux lèvres, et ne résista pas à l’envie de sortir sur le palier de sa porte. Un ambulancier s’avança vers elle et s’engouffra dans la maison à la recherche de quelque chose. 
Ses yeux se posaient partout sauf sur elle. 
Dans les toilettes, dans le garage, dans le frigo, dans le dressing ? Et non, dommage, il n’y a pas de dressing dans cette demeure, ce qui était la source d’une antique rivalité entre les deux voisines.
Quand Catherine lui montra ses seins, le visiteur lui demanda où était passé son mec. En mâchant les mots comme s’il sortait du dentiste, n’étant pas encore capable d’articuler correctement avec des crocs de vampire dans la bouche. 
Manque de bol, elle était tombée sur un ambulancier vampire homo. Pour conjurer l’affront, et en guise d’accueil, elle lui offrit plusieurs coups de pied dans les couilles, faisant rebondir au passage sa magnifique poitrine. Furieuse, elle se lança à la recherche d’un autre vampire sans même prendre le soin de fermer sa porte de maison ni de masquer ses gros seins remplis d’excitation qui continuaient à bondir au rythme de son pas décidé. 
Une énergie sexuelle rayonnait désormais sur la ville. 
Les vibrations des années soixante se rappelaient à son bon souvenir. Elle se mit à chanter un vieux tube crypto new age de la comédie musicale Hair :
— Singing our space songs / on a spider web sitar / Life is around you and in you / Answer for Timothy Leary, dearie / Let the sunshine / let the sunshine in / ad lib
Postée au milieu de la route - gros retour d’acide dans les gencives - elle se déchaussa et balança sa paire de Louboutin sur un livreur de pizza pas très clair sur la question de son assurance scooter qui venait d’échapper à un gendarme vampire et qui finira sa course dans un buisson d’ornement dont le pied portait encore une petite étiquette de Jardiland : 19€90. Le scooter continuait à rouler dans le vide - un coup à faire péter l'embrayage - lorsque Catherine Deneuve lui hurla dessus :
- TOI TU VAS ME BAISER ?! OK ??!! IL FAUT LAISSER ENTRER LE SOLEIL, TU COMPRENDS ???!!! LET THE SUNSHINE IN PUTAIN DE MERDE !!!!!!
Le livreur s’enfuit en courant sans réclamer l’addition, le casque encore sur la tête, au cas où. L’odeur de la pizza eut raison de sa conscience. Catherine s’enfila la pizza cinq fromages (maroilles, munster, roquefort, cantal, chèvre) qui gisait sur le bitume en y mettant les doigts comme à la bonne époque.


Léa et Jean débarquèrent à la piscine dans la 406 de Gérard Jugnot. C’est là où l’on se rend compte que l’histoire est particulièrement bien écrite. Si Gérard roulait en Audi ou en Lexus, c'eût été tout de suite plus voyant, mais qui ferait attention à une Peugeot 406 ?
Il y a du monde, se dit Léa. 
Beaucoup de monde, se dit Jean. 
Le parking était plein comme un slip de rugbyman. Il faudra ruser pour entrer. La société en charge de la sécurité de la piscine Diego Maradona étant mise directement en jeu par la publication de ce texte, je ne vous livrerais pas les détails de leur intrusion. Sachez simplement qu’ils réussirent à se cacher dans l’Espace Détente. Léa avait l’intuition que ce serait l’endroit le plus calme du complexe aquatique. Ce qui pose, vous le comprendrez assez vite, le débat de la validité de l’intuition féminine.
En ouvrant la porte : stupeur ! 
Ils tombèrent sur Bob Sinclar qui se détendait désormais dans le jacuzzi en profitant du spectacle d’une Madame le Maire initiée aux plaisirs du saphisme par l’entremise de Natasha, Suzanna, Anita et Nathalia. 
Elodie Gossuin, ancienne Miss France, ancienne élue régionale et nouvelle Maire de la ville, avait laissé de côté son plaisir sexuel depuis trop longtemps pour se consacrer à fond dans la gestion des affaires communales. Elle était une Maire écoresponsable, un peu terre-à-terre, certes, mais comment résister aux doigtés conjugués des quatre femmes qui l’envoyaient tutoyer les étoiles ?
Bob Sinclar avait bien vu que des intrus se baladaient dans cet Espace Détente qui lui était réservé, mais il devait “finir ce qui devait être fini” (c’était sa devise personnelle, tatouée en rond autour de son nombril) avant de se rendre dans le hammam où il avait vu le couple se cacher. 
Il prit Jean Reno pour un sosie de Jean Reno et Léa pour Adèle Exarchopoulos. 
Le quiproquo mit le couple dans l’embarras, surtout quand Bob leur proposa de rejoindre le carré VIP. Il jouait dans dix minutes chrono. Ils le suivront et se déroberont sans qu’il ne s’en aperçoive. 
Voilà un super plan !
Avec toutes les pilules de drogue qu’il s’envoyait dans le cornet, du MDMA au viagra en passant par le curcuma, il n’était plus capable que d’une seule chose : lancer une compilation de MP3, faire semblant de mixer sur ses platines et lever les bras en l’air pour attirer l’attention de la foule sur son rythme défoncé. 

dimanche 10 mai 2015

#091311



Vidéo de Nikola Akileus pour le morceau #091311 de Takahiro Mukai, à paraître sur la Launch Compilation du nouveau label Speaker Footage.

mercredi 6 mai 2015

Une de ces histoires avec des monstres de série B qui se terminent toujours dans un bain de sang - Episode pilote (Prologue + Chapitre 1)

/ Une de ces histoires avec des monstres de série B qui se terminent toujours dans un bain de sang
/ Épisode Pilote : Et l’inauguration du pédiluve Diego Maradona tourna au drame
/ Prologue + Chapitre 1



« A la clinique, lorsque j’étais interné, certains se prenaient pour Robinson Crusoé, d’autres pour Napoléon, et moi, personne ne me croyait lorsque je leur disais que j’étais Diego Maradona. »
Diego Maradona

Prologue

La quasi-intégralité partie des pages de cet épisode pilote et des prochains épisodes d’Une de ces histoires avec des monstres de série B qui se terminent toujours dans un bain de sang contiennent des scènes pornographiques ultra détaillées et ultra bandantes, de l’ultraviolence gratuite bien violente, des meurtres ultra horribles qui font mal, des agressions psychologiques dignes d’un scénario de film d’action écrit par l’atelier d’écriture d’un hôpital psychiatrique dirigé par un pervers narcissique en manque de cocaïne, et surtout des putains monstres bien méchants venus tout droit des enfers pour faire couler le sang de victimes aussi innocentes d'expiatoires, et ceci de la première à la dernière ligne. 
Il y aura aussi un flic, vous verrez, pas tout de suite, mais un putain de mauvais flic comme on les aime. C’est une de ces histoires avec un flic bizarre un peu intello sur les bords mais avec du sang sur les mains qui se termine toujours par une réflexion sur le sens de la vie, l’iniquité du destin et la nécessaire rédemption des âmes souillées.
Bien que la majeure partie des rôles soient joués par des grands noms du show-business français et international (le genre de vedette qui s’autocongratulent tous les dimanches après-midi sur le canapé de Michel Drucker, je le sais, je les vois, je les ai vu, le dimanche quand je passe dire bonjour à mon papy et ma mamy. Je bois mon café - un peu léger le café, il va sans dire, par rapport aux doses de caféine que je m’envoie à longueur de journée - alors oui je l’ai vu, Hugues Aufray, chantant Renaud sur le plateau de France 2 pendant que Jean Reno - lunettes rondes, aigle impériale gravé dans le bronze, d’une autorité implacable, axe imperturbable de la violence à la française, tout en nuance, tout en coup de crosses dans les côtes - savoure ce moment en tête-à-tête avec Carla Bruni et le fils d’un comique lambda des années quatre-vingt), je n’hésite pas à le redire, malgré tout mes efforts pour approcher Jean Reno, comme ce lendemain de solstice où je caressais l’image de Jean sur l’écran de ma télévision avec toutes les facettes de mon visage, sous le coup d’une gueule de bois dont l’origine se perd dans les méandres d’un calendrier parallèle, ce livre, disais-je, bien que vous le teniez dans vos mains, n’a pas encore trouvé son public. 
À ce niveau de lose, je ne cherche même plus à vous convaincre de poursuivre votre lecture. À ce niveau du texte nous avons déjà franchi la barre symbolique des mille cinq-cent signes espaces compris, ce qui veut dire que j’ai déjà perdu l’attention d’environ 93.48% des lecteurs potentiels (sources des statistiques disponibles sur simple demande) et qu’il ne s’agit plus pour moi que de remplir le reste de cet épisode pilote avec quelques autres milliers de signes éparses et équitablement répartis entre voyelles et consonnes en espérant qu’un lecteur influent réussisse à faire le « buzz » en retwittant l’extrait d’une scène sulfureuse de sexe entre deux stars du grand écran avec pour commentaire : « Olivier Warzarvska est le “insérez-ici votre référence culturelle” de la littérature 2.0 ». 
Ainsi, avec un effort d’imagination pour transformer ce livre virtuel en un « vrai » livre avec du beau papier qui sent bon le papier qui sent bon, ce bouquin trônerait fièrement dans votre bibliothèque ou sur la table basse de votre salon pour signifier à vos amis votre niveau stratosphérique de « hype » (Je préfère vous l’avouer tout de suite, je voue un véritable culte aux tables de salon, un fétichisme domestique dépassant la raison. Vous pouvez me croire si je vous dis que ma maison ne contient d’autre mobilier que des tables de salon, de toutes sortes, des toutes tailles, j’écris, je mange, je dors, je baise, je chie sur et dans des tables basses de salon). 
Alors oui, lisez ce livre s’il vous plaît. Un livre écrit après une étude de marché très poussé - qu’est-ce que le public attend ? Des héroïnes sexy et intrigantes, des super-héros violents, charismatiques, des affrontements entre le Bien et le Mal dans un contexte littéraire incertain, des destins qui dérapent sur des peaux de bêtes écorchées. Une de ces histoires avec des monstres de séries B qui se terminent toujours dans un bain de sang contient tout cela et encore plus, jusqu’à la nausée, ce qui  serait aussi une excellente raison pour stopper votre lecture. Ce qui ne serait pas plus mal, tous comptes faits, vous pourriez me laisser le privilège d’être le seul et unique individu à la surface de la Terre à en jouir par la bouche et les oreilles ; je me contenterais de le lire à voix haute dans mon salon, une page par jour, debout sur ma table basse faisant office de bar-tabac, hilare et désinvolte, plus agile qu’un orang-outan en chaleur dans la forêt de Bornéo, profitant du plus beau spectacle que m’offre la conclusion de la civilisation technique : les tronches hallucinées de mes voisins à l’annonce de l’ouverture du Vortex aux journal de treize heures. 
Souriez, l’histoire vient juste de commencer.


Chapitre 1
(Placer ici un générique genre Star Wars repris au marteau piqueur) 

Pour une raison inconnue et qui n'intéresserait probablement pas les lecteurs, Léa s'enferma à double tour dans la salle de bains. La lumière blanchâtre de la petite pièce avait l’étonnante particularité d’exposer à merveille son pubis rasé avec précision. Son petit trou du cul rosé se montrait au jour lorsqu'elle se baissa pour tourner le bouton d’eau chaude et ainsi régler au plus juste la température de la baignoire. Le plus chaud possible. Plongée dans la baignoire brumeuse - situation qui n'était pas sans évoquer l’ambiance des forêts sombres du nord de la Picardie une nuit d’automne - on s'attendrait à ce que Léa, interprétée par Léa Seydoux elle-même, longue crinière de cheveux ondulés colorés corbeaux-brun-noir, se caresse les cuisses avec le pommeau de douche. 
La caméra remonta lentement depuis les pieds jusqu'aux seins : son corps frêle, presque enfantin, se tortillait, non pas sous le plaisir de quelque doigt manipulant son clitoris avec assurance, mais par l'effet de la tendre douleur d'une lame de rasoir - les veines du poignet fendues dans une calligraphie d’inspiration elfique. 
Un fluide pourpre se diffusa dans l'eau tandis que Jean Reno (dans son propre rôle à la ville comme à l’écran) sonna à la porte du numéro 24 de la rue Alain Bashung du lotissement Daniel Balavoine. Le regard vif, il observait un couple de corbeaux qui l’avait suivi depuis le dernier échangeur d’autoroute. Les volatiles amplifiaient la fréquence de leurs rondes autour de la maison, les vibrations lui apparaissent tout à coup d’une négativité malsaine - son crâne rasé à blanc se plissait à la vue de la danse aérienne qu’il considérait comme un signe seul connu d’une ancienne divinité perdue. Le souvenir d’un vieux chamane des steppes mongoles lui revint en mémoire. Son visage, son regard frappeur, son doigt enseignant la destination des étoiles, la leçon de vie sur la conjuration des volatiles, tout était lié, tout était là, devant nos yeux. 
Telle était sa définition de la réalité. 
Jean Reno escalada la barrière / champ contre champ / et utilisa sa longue veste gothique comme une échelle de corde et entra dans le salon par une fenêtre qui était restée ouverte (une facilité de scénario compensé par un gros plan sur ses muscles saillants). 
L'intérieur de la maison ne déparait pas du style local. Meubles en chêne foncé, un héritage de famille, papier peint style NEW YORK déniché à la Foir’fouille un dimanche après-midi, grand cadre de deux mètres de large avec une photo d’un pont de NEW YORK, cheminée en briques fauves téléviseur Samsung ue65f6400 65 pouces et photos de la famille en voyage à NEW YORK sur le buffet. 
NEW YORK ! NEW YORK ! aurait-on envie de chanter en claquant des talons sur le carrelage !
Le sourire de Léa se recouvrait de volutes de fumée gothique : un incendie causé par une chaudière mal entretenue ? une crêpe party qui aurait mal tournée ? un signal de fumée par son maître chamane ? se demandait Jean Reno en remontant la source de la vapeur d'eau jusqu’au couloir menant à une porte elle-même située au bout d’un couloir lui-même menant à une autre porte entichée d’un petit panneau à la signalétique très précise quant à la nature de cette pièce. Il était écrit “Salle de Bains” sur un élément de décoration en forme de bateau à voile. Le texte se détachait très nettement du bois clair de la porte en chêne massif, bien que la police d’écriture, dans un style italique sorti des flots*, ne soit pas d’une clarté de lecture optimale.
(* Un professionnel du graphisme a souhaité corriger cette information en précisant que cette police était dans le style Calligraphie, une précision d’importance pour comprendre le soin avec lequel cette famille de vampire souhaitait se fondre dans le paysage - note de l’auteur).
Sans attendre, Jean Reno dégonda la porte avec une fureur surhumaine. Le corps de Léa, translucide, un ton plus pâle qu'au début du chapitre - si cela était humainement possible - tranchait avec la saumure noirâtre dans laquelle son corps gisait. 
Jean hurlait, pleurait, hurlait à qui voulait entendre son désarroi et retira le corps de son amie de la baignoire, il coula de sang et tomba sur le sol, ses genoux fracassèrent le carrelage en faïence ton clair. Son regard changea. La tristesse fit place à la colère qui à son tour laissé place à la stupéfaction. 
Il bandait. 
Une érection plus forte que lui.
Le cadavre de Léa lui apparut alors comme une offrande. Il ne put reculer devant ce sacrifice et pénétra avec violence l'intimité de la jeune fille qui se laissa manipuler comme une poupée de chiffon. Les veines continuaient à couler de ses avant-bras au rythme des vas-et-vient qui semblaient pomper ce qui pourrait rester de fluide à l'intérieur du corps. Dans la fureur de l'orgasme, il se retira et se transforma en loup-garou : poils, griffes, longs crocs sortirent un à un de sa mâchoire. Des poils plus durs que ceux d’un sanglier des Ardennes à la sortie d’un hiver sans neige. Des griffes plus acérées qu’un dinosaure sortie de l’imagination d’un clone de Steven Spielberg. Et des crocs encore plus grands que ceux d’un tigre du Bengale veillant sur une demi douzaine de tigresses en période de chaleur. 
Jean Reno hurla la rage de son désespoir à qui voulait bien l’entendre sur des kilomètres à la ronde.
Ce fut un loup-garou de deux mètres de haut et cent cinquante kilos de muscles poilus qui se déchaîna sur la pauvre enfant. Il éjacula un bon litre de foutre de ses grosses couilles en 3D sur le visage de Léa. 
Jean Reno hurla encore comme un fauve, d’un long cri qui durait déjà depuis une demi-heure comme une alarme branchée sur une fréquence interdite. 
Il détruisit le mobilier. Le miroir se brisa dans une pluie de réalités parallèles. Le chauffe-eau explosa d'un coup de patte, des litres d'eau fumante envahirent la pièce avant de courir dans le reste de la maison. Jean - toujours en mode loup-garou - se tenait sous cette douche brûlante, mortelle pour un humain, en espérant masquer ses larmes aux esprits invisibles de ses ancêtres qui devaient sans nul doute se régaler du spectacle. 
Son regard quitta le vide pour remonter le long des cuisses de Léa, elle frétillait, ce qui pourrait être interprété comme une réaction nerveuse classique d’un cadavre qui n’avait toujours pas amorcé sa phase de putréfaction. Ici, un auteur sérieux aurait accompagné cette description morbide d’un propos précis sur les aspects médico-légaux de l’affaire. Ce genre d’exposé de sciences naturelles avec des histoires de mouches que l’on retrouve dans un polar sur dix. Sauf que Léa, la pauvre Léa, était de nouveau vivante, sauvée par une goutte du fluide magique qui avait pénétré sa bouche. 
Gros plan sur son visage : des doigts apparurent dans le cadre, elle se barbouillait le visage de sperme et s'enfonçait une main dans le gosier en toussant, elle avait vue ça dans un film de cul sur internet, une sorte de jeu sexuel à la mode dans son lycée, elle reprenait des couleurs à vue d'œil tandis que son mascara lui coulait le long des joues à la manière d’un test de Rorschach ; une clé d’interprétation de ses sentiments les plus cryptés.
L'érection de Jean n'était pas retombée, et malgré l’état de la salle d’eau, Léa comprenait ce qu’elle devait à son ami lycanthrope. Elle s'empala sur sa grosse bite de quarante centimètres de long et de huit centimètres de largeur et baisa son ami avec la fureur d’un loup affamé qui viendrait de découvrir la porte d’entrée d’une usine à steaks hachés Charal.
La scène se termina dans des cris animaux et dans le chaos de la salle d'eau dévastée.

Le père, joué par Gérard Jugnot (Kad Merad n'était pas disponible et Danny Boon n’avait aucune crédibilité pour le rôle), rentra en vitesse à la maison au volant de sa 406 break, décorée d’un autocollant « THE 406 TOUCHE » acheté d’occasion sur leboncoin.fr par la production qui trouvait que cette voiture était un marqueur très « populaire », exprimant de manière très significative la volonté d’intégration de cette famille de vampires dans un petit coin de banlieue picarde.
Gérard avait été averti par un voisin du drame qui se tramait. Entrant dans la salle de bains, pantalon mouillé jusqu'aux genoux, il découvrit le couple enlacé sur le sol parmi des morceaux de faïence et de métal encore fumants. 
Ses petits bras boudinés doublèrent de volume en autant de temps qu’il me faut pour l’écrire, son polo Arthur Vicomte vert olive se déchira sous la pression. Il ne s'attendait pas à un tel bordel, lui qui avait quitté son lieu de travail pour régler un simple problème de fuite d'eau. 
Deux grandes canines sortirent de ses lèvres dans un sourire effrayant. 
Il se saisit de Jean Reno, revenu, post-coïtum, à son état humain, le souleva dans les airs, brisant au passage le plafonnier VITEMÖLLA1 (référence IKEA fournie à la fin du chapitre) et le jeta dehors à travers la fenêtre double vitrage qui ne put résister à la charge. 
Par un savant mélange de traveling et d’effet spéciaux, nous suivons le fol envol de Jean Reno qui atterrit dans la pelouse taillée façon fairtail, entre deux nains de jardin aux sourires satiriques. 
QUIPROQUO ! 
Béatrice Dalle, la maman de Léa, fit une entrée fracassante dans la maison :
— MAIS C'EST QUOI CE BORDEL PUTAIN !!!, hurla-t-elle en direction de la moquette recouverte de bain moussant couleur sang. ON FAIT UN PUTAIN DE SACRIFICE ET ON M’INVITE MÊME PAS ! NON MAIS ALLO QUOI !!!
Elle ne chercha pas à entendre les explications de son compagnon totalement nu. Même son slip n’avait pas résisté à la violence de la mutation. Il faisait face à sa fille, gisante sur le sol, tout aussi vêtue que lui, dans les décombres sanglants. Comme un petit air de malentendu flottait dans les ruines. Béatrice se jeta sur Gérard et lui croqua l'épaule avec ses dents de vampire, elle restait encore accrochée sur le membre quand Gérard lui retint le cou et les bras pour la bloquer avec une prise de Jiu-Jitsu Brésilien. 
— Non mais espèce de salope, tu veux pas savoir ce qu'il s'est passé avant de t'enflammer, dit Gérard, en essayant de garder son sang-froid. L'excitation était telle que les seins de Béatrice Dalle avaient doublés de volume. Ce furent des dents sanglantes qui s'arrachèrent de l’épaule avec un morceau de chair, ses yeux ne laissaient aucun doute sur ses envies, son regard réclamait une belle grosse queue bien dure. 
Jean Reno, traînant la patte, refit irruption dans la petite pièce alors devenue un poil trop exiguë pour quatre personnes.
— Il n’y aura pas assez de place ici pour nous quatre. Cette pièce est devenue un poil trop exiguë, ajouta-t-il avec un rictus moqueur avant d’assommer Gérard à l'aide d'un grille-pain MP3 trouvé dans la cuisine. 
Il résista à l’idée de déboîter la mère de famille de la même manière et resta en arrêt devant la croupe, offerte par Béatrice. Sa jupe s'était relevée pendant la bataille et comme à son habitude, elle ne portait pas de culotte - pour éviter les traces, se justifiait-elle. Jean Reno savait pertinemment qu’il s’agissait d’une excuse bidon. Béatrice Dalle savait qu’il savait. Et Jean Réno savait qu’elle savait qu’il savait. 
Climax !
Jean lui chopa les bras dans le dos, lui cassa les genoux sur le sol d’un bon coup de botte à l’ancienne et enfila sa grosse bite de loup-garou dans son cul sans autre forme de préliminaires que cette enchaînements de coups violents. Béatrice aimait ce genre de traitement. Un cadrage savant mit en perspective son orifice défoncé et le chauffe-eau arraché pour souligner l’analogie de déstructuration, la politique de déconstruction volontaire à l’œuvre dans ce livre, sentence maximale pour amatrice de « fais-moi-mal, y’a encore du beurre dans le frigo ». Léa s'interposa dans le plan. La bave aux lèvres, elle s'empara des gros nichons pendouillant de sa maman et lui frotta le clitoris avec une vigueur incontrôlée. Elle finira par lui enfoncer un doigt dans la chatte, puis deux, puis trois et enfin quatre bien profond dans ce vagin caractéristiques des femelles vampire dont on dit qu’il y a toujours de la place pour un pote en cas de coup dur. 
La fine équipe jouit en hurlant, alertant tout le quartier. Si avec ça l’armée ne pointait pas le bout de son nez, l'on pouvait sagement attendre la chute ultime de l'Occident.
Gérard ouvrit un œil, se caressa mollement la bite, il éjacula presque instantanément face à la puissance érotique dégagée par la scène, et soupira un grand coup avant de retrouver le pays des songes.

Trois pompiers entrèrent dans la maison sans frapper, ils décoincèrent Béatrice Dalle, laissée en plan par Jean Reno, la tête coincée dans un parpaing, mais Béatrice, une vampire (si vous n'avez pas suivi), leur sauta dessus. Et c’était parti pour un suçage de sang en bonne et due forme. Les effets de la contamination ne se firent pas attendre. Les pompiers ne se réveilleront que dans quelques minutes, mais avant cela, ils devenaient instantanément tout raide, de partout, et leurs sexes exploseront des uniformes conçus pour résister aux conditions les plus extrêmes, aux incendies, aux avalanches, aux tremblements de terre, à la chute d’un avion de ligne, bref, à tout, sauf à une érection de vampire. 
Béatrice se posa sur la queue d'un des pompiers pendant qu'elle branlait les deux autres, une bite dans chaque main, telle une routière de l'apocalypse de passage à la station-service.
Profitant de ce coup de théâtre, Jean Reno avait déjà pris le large avec Léa Seydoux. Tous deux nus comme des Shai-Hulud, tous justes recouverts de serviettes de bain qui surnageaient à la surface du dégât des eaux. Ils savaient qu’ils auraient bientôt la moitié de la ville sur le dos et décidèrent que le meilleur endroit pour se cacher serait la piscine municipale Diego Maradona.

1 Référence de l'article : 902.387.38 
Plafonnier/applique, porcelaine. Lumière diffuse procurant un bon éclairage général dans la pièce.
14,95 € (Ampoule vendue séparément)

vendredi 1 mai 2015

Vive la vie. Mathias Richard


Vive la vie
Vive les louves
Vive les lèvres 
Vive les livres
Vive la lave
Vie l'envie
Vive l'envol
Vive l'ovule
Vive la ville
Vive les love
Vive l'eau vive

jeudi 30 avril 2015

La page demandée n'existe pas






La page demandée n'existe pas la carte de fidélité est offerte sur simple regard la zumba m’a fait perdre la raison avant les fêtes la vie s’apparente à une illusion d’optique la montagne a des yeux qui louchent et la tête dans les étoiles la drogue abrège toute volonté d’insertion la mort vous va si bien la planète n’a jamais vu autant de blessures aussi graves la sortie de secours est encombrée par un feu de joie la police n'a plus les moyens d'assurer ses missions la pilule ne fait plus effet la pluie ne change rien au désir la terre n’accepte plus les chèques la maison ne fait pas crédit la fin des temps est proche la route se tord la gorge te sert la parole me perd.