mercredi 30 mars 2016

En 2000 WTF, un petit rappel aux suckers.



Approved by Alibi <=> Art - Thierry Théolier  (1999 - « 2000 What The Fuck » )

Que voit le Spectateur ? Une approbation physique, pop-administrative - vaguement néo-fasciste - via un tampon ou un pochoir sur une surface - parfois humaine -  d'un système - l'Alibi de l'Art - que chacun et chacune, au fond de son être, désapprouve viscéralement - à moins d'être devenu une machine à fric de Cynisme, de Rentabilité Marchande. L'Art n'est pas seulement synonyme d'Argent, de Succès ou de Futilités mondaines, l'Art peut incarner et proposer une Dimension Transcendantale vers un Ailleurs, un État non-policier... alors, pourquoi (dé)montrer cela ? Pourquoi Ce Geste ? Une Provocation, un Exorcisme rituel ? L'Artiste Administrateur du « coup de tampon » derrière, préfère ne pas se justifier et depuis sa création - en 1999 - n'en a pas fait un Alibi Rentable, il s'est emparé plutôt du « Web 1.9 » - celui d'avant Facebook ©, autre état policier à base de likes approbateurs et d'hypocrisie 2.0 -  il a fondé une communauté de gatecrashers, le Syndicat du hype (SDH) pour finalement s'engouffrer dans la poésie la plus libre qui soit - publication de « Crevard  [baise-sollers]» aux Caméras Animales en 2005, dernièrement le Dude Manifesto -  mais il a gardé, tout près de sa main, ce tampon, un outil qui produira, de Temps en Temps, cette trace de Lucidité, comme au tréfonds de lui même, un refus, ce refus catégorique sous ses airs contradictoires, qui résonnera en vous, comme d'un Test Ultime : Où en êtes-vous avec l'Art et le Système ? Quel est votre alibi ? « Ailleurs » en latin. L'Art de l'Alibi, l'Art d'être Ailleurs, exactement là, où on ne vous attend pas, pour être inexorablement libre de dire « Oui je désapprouve ce système et j'en fais une chanson » comme SUCKERS ou Corporate Prayer (Nukod). 

Serge Balasky


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire