lundi 12 mai 2014

A Marseille, y a des voitures

A Marseille, y a des voitures sur les routes, et sur les bateaux, et sur les trottoirs, et dans les arbres, y en a même sur les toits des immeubles, et y a même des voitures sur des voitures, ça se reproduit et se reproduit... Y a des voitures à la plage, y a des voitures dans les égouts, y a des voitures qui rampent sous des voitures, d'autres qui grimpent sur des voitures, y a des voitures qui conduisent des voitures, y a des voitures qui disent bonjour, on sent des voitures, on voit des voitures, on entend des voitures, on pense voiture (vois-tu), je dors parmi les voitures, et le son des voitures me dit quelle heure il est, pas de place sur le trottoir ni sur la route, il faudrait apprendre à voler, suis presque étonné de ne trouver de voiture dans les bars, et si je n'en entends pas je me dis qu'un truc va pas, à Marseille si les voitures volaient le ciel crépiterait d'explosions et nous vivrions dans des souterrains. 

signé : Marcel Bagnole

1 commentaire:

  1. Et le mec qui voudrait soudainement se trimballe à cheval (pour sauver la planète), il se ferait sauvagement (civilisationnellement)
    rouler dessus, frapper ou verbaliser je parie, interdit, alors que lui, eux, s'avèrent bien mieux bio-écodurables recyclables, a priori. Sauf si la carne respec-tueuse de l'environnement a été génétiquement modifiée. Et de nos jours, les chevaux ne sont plus, peut-être, que des boeufs améliorés à la dioxine dernière dégénération (ce scandale de grande ampleur sera révélé en janvier 2017). Et finalement la pétrobagnole s'avère être plus propre ou plutôt moins crade disons que notre cheval-boeuf préchloracnéique (nos experts analysent les données en ce moment même, pour de plus amples informations, identifiez-vous)
    Bref, on s'en sort pas. Sauf dans la tête (nous pète). Enfin ça dépend des moments. Par intermittence. Avec peine, à peine. Parasitage, joie amère.

    Signé : Votre agent pourpre. La garantie qualité fraicheur périmée et dichlorophénoxyacétique.

    Déconnexion.

    RépondreSupprimer